Plombé par l’inflation, le Venezuela va créer des billets de 100 000 bolivars, soit 0,18 euro

Le pays a commandé 71 tonnes de papier à l’imprimeur italien Fedrigoni, détenu majoritairement par la firme américaine Bain Capital. Le papier, produit au Brésil, vaut ainsi plus cher que la valeur pécuniaire indiquée dessus.

Le Venezuela connaît régulièrement une pénurie de monnaie. En février déjà, la Banque centrale a commandé auprès d’une entreprise russe pour 300 millions de bolivar, soit 121 millions d’euros. En 2016 déjà, un Boeing 747 rempli de billets de 50 et 100 bolivars avait été affrété. Des coupures qui ne valent presque rien aujourd’hui.

La perte de confiance dans la monnaie locale, que Nicolás Maduro refuse d’abandonner, pousse les Vénézuéliens et Vénézuéliennes à payer en billets verts américains. 70 % des transactions réalisées sur le territoire le sont en dollars, selon les estimations d’Ecoanalitica citées par Capital . Les cryptomonnaies sont également plébiscitées.

Source : Plombé par l’inflation, le Venezuela va créer des billets de 100 000 bolivars, soit 0,18 euro

Venezuela: Maduro rebaptise une autoroute portant le nom d’un « colonisateur génocidaire »

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a déclaré initier « un processus de décolonisation » en remplaçant lundi le nom de l’autoroute principale de Caracas, celui d’un « colonisateur génocidaire », par le nom d’un célèbre chef indigène.

M. Maduro a fait cette annonce lors de la célébration du 528e anniversaire de la « Résistance indigène ». C’est ainsi que le mouvement chaviste, créé par le président Hugo Chavez (1999-2013), appelle le jour de la découverte des Amériques par Christophe Colomb, le 12 octobre 1492.

Ce jour est aussi appelé « Jour de la race » dans de nombreux pays d’Amérique latine. Le 12 octobre est aussi le jour de la fête nationale en Espagne.

Source : Venezuela: Maduro rebaptise une autoroute portant le nom d’un « colonisateur génocidaire » | Monde | Actualités | Le Droit – Gatineau, Ottawa

Au Venezuela, le régime renforce ses pouvoirs avec une loi “antiblocus”

Une loi destinée à contourner les sanctions américaines contre le pays vient d’être adoptée. Elle élargit les pouvoirs du dirigeant Nicolás Maduro et inquiète non seulement l’opposition, mais aussi les rangs chavistes. l

Pour surmonter les obstacles des sanctions [américaines] ou en compenser les effets”, l’exécutif vénézuélien pourra passer outre aux “normes légales ou administratives dont la mise en œuvre s’avérerait impossible ou contre-productive”. Cité par Efecto Cocuyo, cet article fait partie de la “loi antiblocus” dont vient de se doter le pouvoir de Nicolás Maduro, après avoir reçu l’approbation de l’Assemblée constituante (ANC) le 8 octobre dernier.

La loi antiblocus élargit la marge de manœuvre du régime pour, notamment, conclure des contrats sur le pétrole avec des entreprises privées nationales ou étrangères en ouvrant à ces investisseurs le capital de la compagnie pétrolière PDVSA, via sa filiale CVP (Corporation vénézuélienne du pétrole), explique le site Petroguía, spécialisé dans l’économie du pétrole.

Source : Au Venezuela, le régime renforce ses pouvoirs avec une loi “antiblocus”