Nicolas Maduro résiste aux pressions de l’UE et des USA et défend le droit au suffrage universel des vénézuélien(ne)s

L’Union européenne (UE) a finalement ratifié sa position initiale : elle ne comptera pas parmi les observateurs internationaux des élections législatives du 6 décembre au Venezuela. Cette annonce s’est faite dans un contexte de fortes pressions diplomatiques et même militaires, comme la présence jeudi, dénoncée par le ministère des affaires étrangères vénézuélien, d’un destroyer de missiles guidés du Commandement Sud des Etats-Unis (US) à 16,1 miles nautiques des côtes.

Source : Nicolas Maduro résiste aux pressions de l’UE et des USA et défend le droit au suffrage universel des vénézuélien(ne)s | Venezuela Infos

Venezuela : le Parlement veut un référendum contre les élections

Le Parlement du Venezuela, où l’opposition est majoritaire, a approuvé jeudi le principe d’une «consultation populaire» pour rejeter les élections législatives prévues le 6 décembre prochain, dont l’opposition estime qu’elles feront l’objet de fraudes massives. Estimant que ces élections, destinées à renouveler ce qui est actuellement le seul pouvoir encore contrôlé par l’opposition au président Nicolás Maduro, feront forcément l’objet de fraudes, l’opposition a annoncé qu’elle les boycotterait.

Source : Venezuela : le Parlement veut un référendum contre les élections

Venezuela: les communistes pour une alternative populaire à la crise

Les élections législatives vénézuéliennes, qui se tiendront le 6 décembre prochain, auront lieu dans un contexte de profonde crise économique, sociale, politique et désormais sanitaire. Le Venezuela est également la principale cible de la politique impérialiste du gouvernement des États-Unis dans la région, soutenu en cela par les gouvernements de droite latino-américains (Colombie et Brésil au premier chef) et des pays européens, dont la France.Les dernières élections législatives, en décembre 2015, avaient ouvert une nouvelle phase dans la situation politique du pays. L’opposition de droite avait en effet remporté le scrutin, une première en 17 ans. Mais, au lieu de respecter le fonctionnement institutionnel, elle avait décidé d’utiliser cette victoire comme arme pour tenter de renverser illégalement le président Nicolás Maduro.

C’est dans ce cadre que le Parti communiste du Venezuela (PCV) organisait le vendredi 25 septembre dernier une visioconférence en présence de trente partis communistes et ouvriers de divers continents. Le but: présenter l’analyse et l’action du parti dans la période actuelle, et notamment la création de l’Alternative populaire révolutionnaire (APR).

Oscar Figuera, secrétaire-général du PCV, a exposé la position de son parti: le Venezuela souffre actuellement des conséquences de l’offensive impérialiste et de la crise de son propre modèle de capitalisme dépendant. Cette crise approfondit et rend plus apparentes les contradictions entre les différentes classes sociales, y compris au sein des soutiens du processus bolivarien. Cela se traduit notamment par «l’avancée d’une politique économique libérale, réformiste et de soumission» de la part du gouvernement, en contradiction avec les intérêts des travailleurs. Les luttes de ces derniers contre les mesures qui les impactent sont confrontées à une répression et une judiciarisation croissantes.

Source : Venezuela: les communistes pour une alternative populaire à la crise – Site Internet du P.C.F.

Le Venezuela «dénonce» la présence d’un destroyer américain près de ses côtes

Le gouvernement vénézuélien a dénoncé jeudi 1er octobre un «acte de provocation délibéré» de la part de Washington, après qu’un navire de guerre américain a pénétré dans les eaux sous sa juridiction. L’USS William P. Lawrence, un destroyer, a pénétré dans «la zone contiguë du Venezuela, à une distance de 16,1 milles nautiques (environ 30 km, ndlr) des côtes vénézuéliennes», a affirmé le gouvernement du président socialiste Nicolas Maduro dans un communiqué. Caracas «dénonce le projet d’intimidation» du Southern Command (Southcom), qui dirige les opérations militaires des États-Unis dans les Caraïbes.

Selon le document, l’équipage a indiqué aux autorités vénézuéliennes que le navire croisait dans la zone pour mener des «patrouilles contre le narcotrafic».

Source : Le Venezuela «dénonce» la présence d’un destroyer américain près de ses côtes