États-Unis/Venezuela : confrontation en temps de pandémie

Pourquoi le Venezuela se retrouve-t-il, en pleine pandémie mondiale de Covid-19, une nouvelle fois sous le feu roulant des critiques en provenance des États-Unis ? Depuis quelques jours, l’administration Trump a sporadiquement réussi à détourner le cours des eaux de l’information, toutes saturées par le coronavirus, pour le diriger vers le Venezuela.

On ne peut écarter l’hypothèse selon laquelle cette dérivation cherche à atteindre plusieurs objectifs médiatiques de court terme. Dans un premier temps, celui d’éloigner quelques instants l’attention générale du territoire le plus infecté au monde par le Covid-19 (plus de 300 000 cas détectés et plus de 8 400 morts aux États-Unis au 5 avril 2020). Et ce faisant, distraire cette attention en créant un nouveau « sujet » autre que celui de la gestion intérieure difficile de l’épidémie par l’équipe au pouvoir (depuis le 21 mars 2020, foudroyés par l’impact de l’épidémie sur un système économique dépourvu de solides protections sociales – et sanitaires -, dix millions d’Etats-Uniens sont devenus chômeurs). Dans un deuxième temps, celui de montrer, dans un même mouvement politico-médiatique, que même en temps de grande catastrophe, et précisément à cause d’elle – « la pandémie » -, les États-Unis ont un devoir de responsabilité stratégique et sécuritaire accru dans tout l’« hémisphère occidental » (« Western Hemisphere »)

Source : États-Unis/Venezuela : confrontation en temps de pandémie | IRIS