Iran, Russie, Chine, Venezuela : la mine réjouie des ennemis de Washington

Le Venezuela, autre bête noire de l’administration Trump, a joué la hauteur de vue. Le président Maduro, mercredi soir : «Nous ne nous mêlons pas des affaires intérieures des Etats-Unis ni d’aucun autre pays du monde. Chaque pays est maître de son système politique et électoral. Nous n’acceptons pas que quiconque se mêle des affaires intérieures du Venezuela.» Le vice-ministre chargé des achats auprès du ministre du Commerce, Daniel Gomez, n’a pas fait preuve de la même retenue : «Dans le plus grand symbole de « démocratie » dans le monde, ça prend autant de temps de décider qui est vainqueur ? Le « gendarme » du monde parle de fraude électorale sur son propre territoire ? Vont-ils s’envahir eux-mêmes ?» s’est-il interrogé sur Twitter.

Source : Iran, Russie, Chine, Venezuela : la mine réjouie des ennemis de Washington – Libération