Trump, le Venezuela et le Québec

Récemment, une petite phrase, en apparence anodine, de Trump à propos du Venezuela a attiré mon attention: «Quelque chose va se passer au Venezuela et nous sommes très impliqués.»

Il est évident que ça travaille fort dans les coulisses du pouvoir à Washington pour trouver un remplaçant à Juan Guaidó, l’autoproclamé dirigeant du pays, parce que celui-ci ne passera pas aux prochaines élections législatives cet automne. Une invasion militaire est toujours probable, mais comme il reste d’autres possibilités moins sanglantes et moins «condamnables», autant les jouer à fond.

Un clown qui ne fait plus rire, il faut s’en débarrasser, entend-on souvent, et c’est ce que pense Trump pour qui Guaidó ne fait plus l’affaire. Alors, il est à la recherche d’un nouveau candidat, et on est prêt, semble-t-il, à recruter dans les rangs mêmes du gouvernement Maduro, car il se trouve toujours quelqu’un de malheureux dans le poste qu’il occupe, un ambitieux en mal de renommée et de pouvoir, un incompris qui, lui, saurait faire mieux.

Source : Trump, le Venezuela et le Québec | Le Journal de Montréal