« Licence pour tuer … depuis l’ambassade d’Espagne à Caracas

 

Au contraire des médias européens, le Wall Street Journal n’use pas de guillemets moqueurs pour parler des invasions ou des tentatives d’assassinat et de coup d’Etat que documente et dénonce depuis des années le gouvernement bolivarien.

Dans son édition du 26 juin (1) le quotidien ultralibéral explique que Leopoldo López (milliardaire vénézuélien, co-organisateur du putsch de 2002 contre le président Chavez, et des insurrections d’extrême droite à partir de 2014) a étudié pas moins de… six propositions de firmes de mercenaires états-uniennes pour éliminer le président Maduro. Parmi lesquelles celle de Blackwater dont les tueurs et les bourreaux se sont rendus tristement célèbres en tant que sous-traitants des guerres de l’OTAN en Afghanistan, en Irak ou en Libye. C’est finalement la firme paramilitaire états-unienne Silvercorp qui a été retenue pour signer le contrat avec son subordonné Juan Guaido en vue de mener l’incursion préalable à un coup d’Etat au Venezuela en mai 2020.

Source : « Licence pour tuer … depuis l’ambassade d’Espagne à Caracas | «Venezuela Infos

Venezuela: la Russie encourage une rencontre Maduro-Trump

«Nous considérons que le signal émis par le président des États-Unis sur la possibilité d’une réunion avec le président Maduro va dans la bonne direction» a expliqué vendredi 26 juin Alexandr Schetinin, chef du département Amérique latine du Ministère russe des Affaires étrangères. Il a ainsi appelé Caracas et Washington à trouver «un lieu et un moment» pour des négociations directes. «Tout est entre les mains de l’administration américaine» a souligné Alexandr Schetinin.

Source : Venezuela: la Russie encourage une rencontre Maduro-Trump

L’Espagne accepte d’extrader vers le Venezuela un manifestant accusé d’avoir mis le feu à un autre manifestant

Le tribunal national espagnol a accepté d’extrader Enzo Franchini vers le Venezuela, réclamé pour sa participation présumée à la mort d’un homme qui a été poignardé et brûlé vif lors d’une manifestation contre le gouvernement de Nicolás Maduro en mai 2017.

Cela a été rapporté par le procureur général vénézuélien, Tarek William Saab, via son compte Twitter. « Suite à l’action du ministère public du Venezuela, la chambre criminelle de la section 1 du tribunal national espagnol a accepté d’extrader Enzo Franchini, le meurtrier présumé d’Orlando Figuera, brûlé vif lors des actes terroristes de 2017 », écrit-il.

Fin novembre, le parquet de la Cour nationale s’est opposé à l’extradition de Franchini, arrêté en juillet 2019 en Espagne, car la documentation envoyée par le Venezuela ne décrivait aucun comportement criminel directement imputable à lui.

Franchini a reconnu sa participation au groupe d’opposition La Resistencia, qui se positionne contre l’exécutif du pays des Caraïbes. Cependant, il n’a pas reconnu son implication dans la mort du jeune homme.

Source : Venezuela.- L’Espagne accepte d’extrader vers le Venezuela un manifestant accusé d’avoir mis le feu à un autre manifestant

Iran-Venezuela : «En temps normal, cette relation n’aurait aucun intérêt économique»

Pour le chercheur Clément Therme, le rapprochement irano-vénézuelien s’explique à la fois par une volonté d’entraide entre pays sanctionnés par Washington et par un retour de «l’islamisme tiers-mondiste».

Source : Iran-Venezuela : «En temps normal, cette relation n’aurait aucun intérêt économique» – Libération

«Étranglement économique et financier», la stratégie de Trump contre le Venezuela

L’alliance irano-vénézuélienne suscite le courroux de Washington, qui a décidé d’instaurer des sanctions contre les capitaines des navires iraniens acheminant du pétrole à Caracas. Selon Jean-Jacques Kourliandsky de l’IRIS, cette politique de Donald Trump est essentiellement liée à l’agenda électoral américain. Explications.

Source : «Étranglement économique et financier», la stratégie de Trump contre le Venezuela – Sputnik France

Venezuela – L’OEA rejette la désignation « illégale » du CNE vénézuélien et appelle à des élections « justes et transparentes »

L’Organisation des États américains (OEA) a rejeté ce vendredi la désignation « illégale » du Conseil électoral national (CNE) du Venezuela et a rappelé que des organes indépendants sont nécessaires pour organiser des élections « justes, libres et transparentes » dans le pays.

De cette manière, le Conseil permanent de l’OEA a décidé de condamner le « harcèlement continu exercé par le régime illégitime de Nicolás Maduro » et ses actions contre les fonctions que les lois vénézuéliennes accordent à l’Assemblée nationale et aux partis politiques et institutions démocratiques, selon l’organisation.

Ils ont également approuvé, avec 21 voix pour, rejetant « dans les termes les plus énergiques » la nomination des nouveaux membres du CNE par la Cour suprême de justice (TSJ), ainsi que la « nomination illégale » des directives du parti Première justice et action démocratique.

Pour cette raison, l’organisation a exigé que Maduro respecte les fonctions de l’Assemblée nationale et cesse son « usurpation », ainsi que s’abstienne de « s’immiscer » dans le fonctionnement des autres partis.

Source : Venezuela.- L’OEA rejette la désignation « illégale » du CNE vénézuélien et appelle à des élections « justes et transparentes »