Forêt amazonienne au Venezuela : l’autre massacre

Grâce au silence de la communauté internationale, prompte à dénoncer le Brésil, le Venezuela détruit la forêt, pille son or, pollue ses rivières et assassine ses Indiens.Déforestation de l’Amazonie à un rythme fou, pollution des rivières par les chercheurs d’or, menaces sur les Indiens, assassinats, déplacements de population, prostitution…

Cette litanie trop familière vous dit quelque chose ? Et non, il ne s’agit pas du Brésil, mais du Venezuela ! Après avoir détruit la démocratie et anéanti l’industrie pétrolière, le régime de Nicolás Maduro a en effet entrepris de ravager, aussi, le « poumon vert » de la planète, en orchestrant le pillage effréné de ressources aurifères dans le dernier sanctuaire des peuples indigènes, au sud de l’Orénoque. Ainsi, depuis quatre ans, 1058 kilomètres carrés de forêt (l’équivalent de 141 000 terrains de football) ont été dévastés et des centaines d’affluents du majestueux Orénoque pollués au mercure (utilisé par les orpailleurs). Un millier d’Indiens ont fui au Brésil, d’autres ont abandonné leur mode de vie traditionnel pour devenir des SDF dans des cités vénézuéliennes.

Source : Forêt amazonienne au Venezuela : l’autre massacre – L’Express