Coronavirus au Venezuela: famine, désespoir… Le confinement est intenable dans les quartiers populaires

Dans les quartiers populaires qui ceinturent Caracas, les pénuries étaient déjà très difficiles à vivre, elles sont devenues insupportables.En plus de l’essence qui est devenue introuvable, tous les services de base disparaissent peu à peu.

« Actuellement le principal problème c’est la pénurie d’eau. Il n’en vient plus, raconte Maria-Gabriela, une institutrice. Le peu qu’on a, on l’économise. Mon mari brave la quarantaine pour en trouver. Mais il n’y a plus d’essence non plus… Donc il ne peut même plus sortir travailler et nous ramener de quoi manger.  »

D’autant qu’après plus d’un mois de quarantaine, la nourriture commence à manquer dans les supermarchés et les prix explosent.

Source : Coronavirus au Venezuela: famine, désespoir… Le confinement est intenable dans les quartiers populaires