Quand Donald Trump et Juan Guaido espèrent profiter du Covid-19 pour réaliser le rêve de l’extrême droite au Venezuela

Alors que de nouveaux camps d’entraînement de paramilitaires armés jusqu’aux dents pour attaquer le Venezuela, sont découverts en Colombie, Donald Trump offre 15 millions de dollars pour la tête du président Maduro accusé d’être un « trafiquant de drogue » et « sponsor du terrorisme »…

Comme l’explique le politologue William Serafino, « Les États-Unis financent une opération militaire clandestine et extra-légale pour assassiner ou enlever Maduro et décapiter la direction de l’État vénézuélien. La fausse accusation du « Département de la justice n’est que la couverture « institutionnelle » qui la « justifie ».

Maryu Alejandra, infirmière et journaliste indigène Warao, résume le sentiment populaire face a cette énième agression : « Ils offrent une récompense pour la capture de Nicolas Maduro comme si la dignité de ce peuple reposait sur lui seul. Ils ne nous connaissent pas, ils nous sous-estiment, c’est notre avantage. »

Ce nouveau plan a échoué pour le moment par la saisie, le 23 mars 2020 sur la route de Santa Marta, d’une cargaison d’armes d’une valeur de 500.000 dollars, destinée à entrer illégalement au Venezuela par l’État de Zulia afin d’y commettre des actions terroristes, et selon les aveux du leader de l’opération, d’éliminer le président élu Nicolas Maduro. Pour le gouvernement colombien l’heure est venue de s’expliquer sur les graves révélations de ceux qui s’entraînent sur son territoire. Par exemple : comment l’énorme financement octroyé à Juan Guaido par le gouvernement états-unien sert-il à acheter des armes en Colombie pour attaquer le Venezuela ?

Source : Quand Donald Trump et Juan Guaido espèrent profiter du Covid-19 pour réaliser le rêve de l’extrême droite au Venezuela | Venezuela infos

Venezuela: Nicolas Maduro poursuivi par les États-Unis pour narcotrafic

En pleine pandémie de Coronavirus, les États-Unis ont inculpé le président Nicolas Maduro et plusieurs de ses proches pour « narcotrafic » et mis sa tête à prix 15 millions de dollars (13,5 millions d’euros environ). Cette annonce de Washington est un coup dur pour le Venezuela. Une attaque indigne selon Jorge Arreaza, ministre des Affaires étrangères. « La République bolivarienne du Venezuela dénonce, en plein affrontement de l’humanité contre la plus féroce des pandémies, une énième attaque du gouvernement de Donald Trump contre le peuple du Venezuela, par le biais d’une nouvelle forme de coup d’État sur la base d’accusations misérables », a-t-il déclaré.

La justice américaine accuse Nicolas Maduro de s’être allié avec la guérilla colombienne des FARC pour « inonder les États-Unis de cocaïne . C’est pour cette raison qu’elle offre une prime pour arrêter le président vénézuélien. « Offrir des récompenses comme le faisaient les cowboys racistes du Far West montre le désespoir de l’élite suprémaciste de Washington et son obsession envers le Venezuela », estime Jorge Arreaza.

Le Venezuela démuni face au coronavirusCette annonce de Washington anéantit tous les espoirs du gouvernement vénézuélien de voir se lever les sanctions économiques à son égard. Après sept années de crise économique, le pays est totalement démuni pour faire face au coronavirus, et la situation s’annonce catastrophique si le Venezuela ne reçoit pas d’aide internationale d’ampleur.

Le Venezuela compte actuellement un mort et 107 cas de Covid-19 diagnostiqués.

Source : Venezuela: Nicolas Maduro poursuivi par les États-Unis pour narcotrafic