Organisations communales et gouvernement bolivarien, front commun contre l’épidémie

Dans la Commune Altos de Lidice des femmes et hommes médecins visitent les habitant(e)s pour leur expliquer comment éviter la contagion. Moments d’unité, de solidarité, et de grande responsabilité. Le Venezuela vient de déposer auprès de la Cour Pénale Internationale une plainte pour Crimes contre l’Humanité contre les Etats-Unis dont les sanctions n’ont cessé de se multiplier depuis des années, empêchant notamment le pays d’acheter des médicaments, avec pour conséquence la mort de milliers de patient(e)s.

Pour enrayer la propagation du Coronavirus, Cuba et la Chine pallient le blocus en envoyant médicaments et matériel. Dix mille traitements d’interféron (le médicament cubain industrialisé par Pékin et qui a sauvé de nombreux patients chinois) sont déjà sur place.

Au 15 mars, sur l’ensemble du territoire, quatorze cas d’infection ont été détectés, venus notamment d’Europe, des Etats-Unis et de Colombie, d’où la suspension des vols en provenance de ces pays. Les ministres et les militaires ont été mis sous pression par le président Maduro: « pas question de dormir plus de trois ou quatre heures par jour pendant les semaines à venir » . Le chef de l’État a pris la tête des opérations, signant le décret d’alerte nationale, organisant les arrêts de travail et les mises en quarantaine région par région. Les établissements scolaires ont été fermés. 4.800 lits ont été disposés dans 572 CDI (Centres de Diagnostic Intégral du réseau de santé publique) pour renforcer leurs capacités d’accueil. Les travailleuses de 172 entreprises communales, gérées avec l’appui de l’Etat par une organisation populaire essentiellement féminine, se sont mises à fabriquer des masques protecteurs pour distribution gratuite alors que les cliniques et chaînes privées de pharmacie ont immédiatement augmenté leurs prix.

Source : Organisations communales et gouvernement bolivarien, front commun contre l’épidémie | Venezuela infos