Trump a changé de position sur le Venezuela après un entretien avec Poutine, selon Bolton

En 2019, Donald Trump a assoupli sa position sur le Venezuela après un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine, affirme l’ex-conseiller de la Maison-Blanche John Bolton dans son livre de mémoires The Room Where It Happened cité par le Wall Street Journal.

Selon le quotidien, M.Bolton décrit le Président américain comme un homme imprévisible, voire alogique, qui cède facilement aux «manipulations de ses aides et des leaders étrangers». En guise d’exemple, il cite un entretien de mai 2019 avec le chef du Kremlin au cours duquel «Poutine a déployé une brillante campagne de propagande en style soviétique». D’après John Bolton, c’est cette conversation qui a poussé le M.Trump à adopter une position plus souple sur des sanctions supplémentaires visant le Venezuela.

Source : Trump a changé de position sur le Venezuela après un entretien avec Poutine, selon Bolton – Sputnik France

L’Iran joue la carte du soutien au Venezuela

Dès la fin du mois d’avril, certains observateurs ont attiré l’attention sur la fréquence inhabituelle des liaisons aériennes iraniennes en direction du Venezuela. Le but de ces vols aurait été de charger plusieurs tonnes d’or en échange de pétrole iranien. Cette information a été démentie par les autorités iraniennes.

L’ambassadeur de la République islamique au Venezuela a cependant reconnu que son pays avait affrété « entre dix et dix-sept vols d’affaires », mais pour y amener des équipements destinés à relancer le secteur pétrolier. Tout au long du mois de mai, les sites spécialisés ont également signalé que cinq navires pétroliers iraniens cinglaient vers les Caraïbes.

Source : L’Iran joue la carte du soutien au Venezuela

Washington demande la libération d’Américains « en danger de mort » au Venezuela

Les États-Unis ont de nouveau appelé mercredi le Venezuela à libérer six anciens cadres de l’industrie pétrolière vénézuélienne, dont cinq ont la nationalité américaine, en « danger de mort » selon eux en raison du nouveau coronavirus.

Roger Carstens, émissaire des États-Unis pour les affaires d’otages, a dit que Washington était « extrêmement préoccupé » par de nouvelles informations sur leur état de santé. Les six hommes sont « désormais en danger de mort, plusieurs d’entre eux présentant des symptômes de la COVID-19 et plusieurs autres infections graves », a-t-il écrit sur Twitter. « Nous appelons à leur libération immédiate et à ce qu’ils reçoivent au plus vite les traitements dont ils ont besoin ».

Source : Washington demande la libération d’Américains « en danger de mort » au Venezuela | JDQ

Venezuela: une journée de prière interreligieuse pour vaincre la pandémie

Une journée internationale de prière se déroulera le 24 juin prochain au Venezuela a annoncé le Forum social interreligieux du Venezuela. Créé le 22 avril dernier, cette plateforme est composée de représentants de l’Église catholique, de l’Église évangélique, de la Communauté juive, de l’Église anglicane et du Conseil des Églises historiques de Caracas, dans le but de «renforcer la capacité d’intégration et l’effort collectif entre les différents secteurs du pays».

Cette journée, précise la conférence épiscopale du pays aura aussi pour objectif, de partager un moment «de solidarité, de foi, d’espérance et d’amour, sans distinction de croyance, de condition sociale, économique, culturelle ou partisane». En raison de la crise sanitaire dans le pays, cet évènement se tiendra en ligne sur la plateforme Zoom.

Source : Venezuela: une journée de prière interreligieuse pour vaincre la pandémie – Vatican News

Venezuela : la production de pétrole chute à des niveaux plus vus depuis 1943

La production de pétrole du Venezuela, dont l’or noir a longtemps fait la richesse, a chuté en mai à des niveaux inédits depuis près de 80 ans, une dégringolade qui alimente l’effroyable crise économique que traverse le pays sud-américain. En compilant des «sources secondaires» – qui font référence en la matière – l’OPEP indique dans son rapport mensuel publié mercredi que le Venezuela a pompé chaque jour en mai 54.000 barils de moins qu’en avril, tombant à un total de 570.000 barils par jour (b/j).

Le Venezuela n’a jamais aussi peu produit depuis 1943. A l’époque, le pays, par la suite membre fondateur du cartel des pays producteurs, extrayait en moyenne 491.463 b/j, selon les chiffres du gouvernement consultés par l’AFP. Mais cette chute, pour spectaculaire qu’elle soit, s’inscrit dans le lent processus de décrépitude du secteur pétrolier vénézuélien qui produisait 3,2 millions de barils/jour il y a douze ans encore.

Si l’opposition autour de Juan Guaido met en avant un cocktail de corruption, de gabegie et d’incompétence pour expliquer cette chute, le pouvoir chaviste pointe du doigt l’éventail des sanctions prises par Washington contre le secteur pétrolier visant à mettre le président socialiste Nicolas Maduro sous pression.

Source : Venezuela : la production de pétrole chute à des niveaux plus vus depuis 1943

Venezuela : nouvelle offensive contre l’opposition

Malgré la faillite de son modèle économique et l’exode de sa population, le régime chaviste persiste dans sa volonté de mainmise politique : alors que des élections législatives sont prévues cette année, le pouvoir multiplie les manœuvres visant à diviser et à affaiblir l’opposition, majoritaire depuis 2015 à l’Assemblée nationale.

En 48 heures, la justice vénézuélienne a décapité deux des principales formations d’opposition. Après avoir, lundi 15 juin, évincé la direction du parti Action démocratique, vieux parti vénézuélien, opposé au chavisme, la Cour suprême a récidivé le lendemain. Elle a annoncé la suspension de la direction de Primero Justicia, dont est issu Henrique Capriles, vaincu de peu dans les urnes par Hugo Chavez en 2012, puis l’année suivante par son successeur, Nicolas Maduro.

Source : Venezuela : nouvelle offensive contre l’opposition