A Caracas, une reprise en trompe-l’œil

Malgré un semblant de normalité qui enveloppe la capitale ces dernières semaines, avec des magasins bien pourvus en marchandises, les difficutés du quotidien continuent d’épuiser les Vénézuéliens. Et l’emportent pour l’instant sur les velléités de retourner dans la rue pour protester contre le régime, constate El País.

Source : A Caracas, une reprise en trompe-l’œil

Venezuela : Violents abus dans des mines d’or illégales

Dans l’État du Bolivar au Venezuela, des groupes armés exploitent illégalement des mines d’or, parfois avec la complicité du gouvernement. Ils soumettent les habitants locaux à de graves abus, dénoncés par HRW.

Source : Venezuela : Violents abus dans des mines d’or illégales | Human Rights Watch

Pérou. Le pays renvoie illégalement les Vénézuéliens en quête de protection

Le Pérou tourne le dos à sa tradition de solidarité envers les Vénézuéliens et Vénézuéliennes en quête de protection et refoule maintenant délibérément ces personnes à la frontière, a révélé Amnesty International le 4 février 2020 dans le nouveau rapport intitulé In search of safety: Peru turns its back on people fleeing Venezuela.

Les demandeurs et demandeuses d’asile vénézuéliens qui essaient d’accéder au territoire péruvien par la frontière du pays avec l’Équateur sont renvoyés, bien que ces personnes semblent remplir tous les critères concernant la protection internationale. Le Pérou refuse même l’entrée aux Vénézuéliens et Vénézuéliennes se trouvant très manifestement en situation de vulnérabilité, y compris les personnes âgées et les mineurs non accompagnés.

Source : Pérou. Le pays renvoie illégalement les Vénézuéliens en quête de protection | Amnesty International

Au Venezuela, les éleveurs ne peuvent plus produire assez à cause de la crise

Les chiffres communiqués par la Fedenaga, la Fédération des éleveurs vénézuélienne, sont alarmants. En 2019, la production de viande a couvert moins de 40 % de la demande nationale. Et la situation est encore plus catastrophique pour le lait : moins de 30 % de la demande vénézuélienne a été fournie l’année dernière.

Le résultat est très visible dans les supermarchés où les rayons de viande sont de plus en plus vides, et les briques de lait difficiles à trouver. Comme le reste de l’agriculture, en chute libre depuis plusieurs années, l’élevage est victime des différentes pénuries d’eau, d’essence, et aussi des coupures d’électricité qui abîment le matériel et rendent le travail plus difficile.

Source : Au Venezuela, les éleveurs ne peuvent plus produire assez à cause de la crise