Venezuela : un troisième round de dialogue sans grand espoir d’avancée

C’est dans l’île caraïbe de la Barbade qu’a démarré, lundi 8 juillet, le troisième round de négociations entre les émissaires du chef de l’Etat vénézuélien, Nicolas Maduro, et ceux de son adversaire Juan Guaido, le jeune leader de l’opposition autoproclamé président par intérim.Engagé en mai à Oslo, sous les auspices du gouvernement norvégien, le difficile dialogue prétend « avancer sur la voie d’une solution concertée et constitutionnelle pour le pays ». A Barbade, le soleil et la méfiance sont au rendez-vous.

Source : Venezuela : un troisième round de dialogue sans grand espoir d’avancée

« Le Venezuela souffre d’une économie de guerre »

La situation sociale, politique et économique du Venezuela continue de se détériorer, avec des pénuries de nourriture, de médicaments et de produits de première nécessité pour la vie quotidienne. Malgré cette crise sans précédent, l’Église locale tente d’alléger les carences matérielles et spirituelles de la population qui a besoin d’aide pour survivre.

Le cardinal Baltasar Porras, administrateur apostolique de Caracas et archevêque de Mérida, s’est entretenu avec les représentants de l’Aide à l’Église en Détresse qui s’est rendue dans le pays pour voir de près quels étaient les besoins, et savoir comment les projets de la Fondation pontificale soutenaient le travail pastoral et social de l’Église vénézuélienne.

Source : « Le Venezuela souffre d’une économie de guerre »

Le Venezuela accuse les États-Unis de vouloir saboter les pourparlers de paix

Le Venezuela a accusé mardi 9 juillet les États-Unis de vouloir saboter le dialogue entre le gouvernement et l’opposition, qui vient de reprendre dans l’île de la Barbade avec la médiation de la Norvège. «Après l’échec retentissant de tous ses modes d’agression contre le Venezuela, l’administration de (Donald) Trump veut détruire le processus de dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition», a déclaré sur Twitter le ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza.

Le gouvernement américain veut «imposer son agenda de guerre», a écrit Jorge Arreaza, sans préciser de quelles actions récentes des États-Unis il parlait.

La veille, le président chaviste avait exprimé son optimisme après le début sur l’île de la Barbade d’un troisième round de dialogue depuis le mois de mai. Deux réunions organisées à Oslo en mai n’avaient pas donné de résultat tangible. «Je suis très optimiste», avait déclaré Nicolas Maduro. «Il me semble que pas à pas, avec une patience stratégique, nous ouvrons la voie de la paix». «Si on travaille avec de la bonne volonté et qu’il n’y a pas d’interventionnisme gringo, avait-il ajouté. Je suis sûr que des accords seront conclus». Nicolas Maduro accuse les États-Unis d’être responsables de l’échec de précédentes négociations entre le gouvernement et l’opposition qui avaient eu lieu fin 2017 et début 2018 en République dominicaine.

Source : Le Venezuela accuse les États-Unis de vouloir saboter les pourparlers de paix