Venezuela : Socialisme et Pénurie

See on Scoop.itVenezuela

Au Venezuela, les médias et la bourgeoisie ne comprennent pas qu’il puisse y avoir encore des problèmes alors que le pétrole coule à flots. Pour les médias et la bourgeoisie, le pétrole est synonyme de bonheur et il y en a même qui tueraient pour en avoir plus. D’ailleurs, ils ne comprennent même pas pourquoi il y a eu une révolution pour commencer – puisqu’il n’y avait pas de problèmes avant puisqu’il y avait déjà du pétrole – qui coulait à flots. Et soudain, ils ont mal à la tête à trop réfléchir et prennent l’avion pour consulter (un spécialiste, à Miami).

 

Pour les médias et la bourgeoise, l’apparition d’une armée de médecins cubains est une ingérence. Gageons que si les mêmes Cubains avaient débarqué pour ramasser les poubelles dans les quartiers chics, ils auraient appelé ça « la mobilité de la main d’oeuvre à l’ère de la globalisation ».

 

Pour les médias et la bourgeoise, les élections ne sont des élections que lorsque ceux qui les remportent sont dignes d’être invités sur un plateau de télé. Une révolution n’est une révolution que lorsque les Pussy Riot s’en mêlent et qu’après avoir reçu la bénédiction de BHL, sinon c’est juste du désordre populiste sous leurs balcons.

 

Les médias et la bourgeoisie ne sont ni sourds, ni aveugles. Comme tout un chacun, ils voient et ils entendent mais, comme tout un chacun, ils s’intéressent, se désolent et s’outragent pour ce qui leur paraît (à eux) intéressant, désolant et outrageant. Et avec le Venezuela, rarement leur « vision de classe » aura été si limpide, si démonstrative, si incontestable et si… naturelle.

 

Et au Venezuela, comme ailleurs, constatons que lorsqu’on chasse le naturel par les urnes, il revient aussi sec au galop par les rues.

jlcrcfx‘s insight:

La preuve par l’absurde, un article chargé d’ironie décapante.

See on www.legrandsoir.info

VENEZUELA. Une caravane contre la torture et la répression

See on Scoop.itVenezuela

L’opposition au président vénézuélien Nicolas Maduro a organisé samedi 1er mars à Caracas une caravane d’automobiles et de motos pour protester contre « la torture et la répression » et réclamer la libération des hommes politiques et des étudiants détenus. Composée de véhicules modestes mais aussi de luxueux 4×4, la caravane de l’opposition a défilé samedi au lendemain de nouvelles violences la nuit précédente, marquées par des affrontements entre des centaines de manifestants et des policiers anti-émeutes et une quarantaine d’arrestations dont celle d’une journaliste étrangère.

 

« Nous manifestons en hommage aux morts. Il n’y a pas de carnaval, il n’y a rien à fêter. Nous sommes en deuil », a déclaré à l’AFP Argenis Arteaga, un étudiant venu de Petare, sur les hauteurs de Caracas, le plus grand bidonville d’Amérique latine.

 

Les manifestants qui sont descendus a nouveau samedi dans les rues de la capitale répondaient à l’appel des dirigeants de l’aile radicale de l’opposition de droite, dont la députée indépendante Maria Machado et le parti Volonté populaire, dont le chef est en prison et le numéro deux recherché par la police.

See on tempsreel.nouvelobs.com

Les militants vénézuéliens d’ONG indépendantes des droits humains répondent aux médias internationaux

See on Scoop.itVenezuela

La fiabilité du rapport que nous publions ci-dessous tient à la nature de ses auteurs : militant(e)s et spécialistes des droits de l’homme – avocats, sociologues, criminologues, formateurs, communicateurs alternatifs et populaires, chercheurs universitaires, responsables d’organisations telles qu’Amnesty International Venezuela, Réseau d’Appui Justice et Paix, Provea… Autant d’ONG qui connaissent bien la réalité vénézuélienne parce qu’elles travaillent sur le terrain et publient régulièrement des rapports critiques assortis de recommandations au gouvernement.

« Un regard alternatif sur la situation actuelle des droits humains au Venezuela »

« En 2003, Amnesty International avait tiré la sonnette d’alarme à propos de l’instrumentalisation du discours des “Droits de l’Homme au Venezuela”. Cet avertissement  reste valable aujourd’hui. Nous voyons avec préoccupation comment certains secteurs de l’opposition ont cherché à créer la matrice d’opinion selon laquelle, au Venezuela, des jeunes qui exercent leur droit à la protestation pacifique sont réprimés et assassinés par l’État, dans un contexte généralisé et systématique de violation des droits humains. Cette stratégie fait des droits humains un instrument pour affaiblir un gouvernement démocratiquement élu et ignorer le vote de la majorité de la population exprimé lors des élections présidentielles d’avril 2013 et municipales de décembre 2013. Cette image de “répression par l’État” a pour but, de toute évidence, de délégitimer le gouvernement du Président Maduro sur les plans national et international et de forcer une “sortie” (2) non prévue par la Constitution. »

See on venezuelainfos.wordpress.com

Nicolas Maduro reprend l’initiative. Retour de la paix… et du Carnaval.

See on Scoop.itVenezuela

A la fin de janvier 2014 s’est produit un fait inédit : des leaders de l’opposition et le gouvernement ont commencé à plancher ensemble sur la sécurité citoyenne, à la suite de l’appel de Nicolas Maduro à construire un “agenda commun”. Ce dialogue fut interrompu par la tentative de coup d’État d’une droite qui refuse le choix d’une majorité d’électeurs.

Ce 1er mars, tandis que ces groupes violents, bien qu’encouragés par les mensonges des médias internationaux, se désagrègent, la firme privée de sondages International Consulting Services indique que 80,9% des vénézuéliens appuient l’initiative du président Maduro d’avoir renoué jeudi dernier avec la conférence de paix. Dans cette étude réalisée les 27 et 28 février dans 900 foyers des principales villes du pays avec une marge d’erreur de 3%, 85,4 % des persones interrogées se disent en désaccord avec la poursuite des violences et 91,3% en faveur du respect strict de la Constitution.

Le 27 février des représentants des mouvements sociaux, politiques et religieux, des intellectuels et des leaders de l’opposition ont donc répondu positivement à l’invitation de Maduro à reprendre les travaux à Caracas (photo). Seule la “Plate-forme de l’Unité Démocratique” (MUD, droite) a refusé d’y participer. 72 % des vénézuéliens sondés par ICS considèrent comme mauvaise cette décision. 

See on venezuelainfos.wordpress.com

Venezuela : stop à la « mythologie tiers-mondiste » !

See on Scoop.itVenezuela

Inutile de continuer à jouer les idiots utiles du socialisme du XXIe siècle.

 

Dans une tribune publiée le 24 février, Nicolas Gauthier prétend éclaircir la situation actuelle du Venezuela en recourant, une fois de plus, à la propagande officielle de l’État bolivarien mêlée à ses propres fantasmes, alimentant ainsi ce que le journaliste vénézuélien Carlos Rangel nommait, en son temps, la « mythologie tiers-mondiste ».

 

Non content d’avoir déjà vu en Hugo Chávez un successeur de Charles Péguy (pourquoi pas Fidel Castro en héritier de Bernanos ?), M. Gauthier puise chez le prince Malko ses informations sur le Venezuela. Que la bête meure présente peu d’intérêt pour essayer de comprendre ce qui se passe au Venezuela, à part que « le niveau de corruption atteignait un niveau olympique ». En matière de géopolitique, il aurait mieux fait de relire Tintin et les Picaros, c’eût été peut-être bien plus réaliste si la situation du pays n’était pas si grave…

See on www.bvoltaire.fr