«Au Venezuela, la principale arme du gouvernement, c’est la peur»

Chaque jour, des milliers de Vénézuéliens quittent leur pays en proie à une crise sans précédent. La majorité d’entre eux traversent la frontière vers la Colombie qui s’étend sur 2 200 km. Un jeune opposant au régime de 23 ans, Gustavo Hurtado, vient de rejoindre cette cohorte d’exilés après avoir reçu de multiples menaces téléphoniques.

Il a confié à notre journal les conditions de son départ en France et la vie quotidienne dans un pays où la violence, l’insécurité, le manque d’alimentation, d’accès à la santé et d’opportunités en général auront pour conséquence en 2020 que plus de 20 % de sa population vivra en dehors de ses frontières selon l’ONU.

Source : «Au Venezuela, la principale arme du gouvernement, c’est la peur» – Le Parisien