Chili, Bolivie, Venezuela, Colombie : l’Amérique Latine est en colère et ça pourrait très mal finir!

Dans les quatre cas de figure (Chili, Venezuela, Bolivie et Colombie), il y a tout de même un point commun : l’entrée en lice de l’armée pour résoudre des problèmes purement politiques, même s’il faut bien préciser que, sauf dans le cas de la Bolivie, l’armée a été sollicitée par les dirigeants politiques pour réprimer dans le sang toute tentative de défier le pouvoir. Au Venezuela, Maduro a besoin de l’armée pour assurer sa continuité au pouvoir, en Chili, Pinera a fait appel à l’armée afin de sauver son pouvoir et en Colombie, le pouvoir dit avoir alerté l’armée en cas de débordement.

Certains verront dans ces différentes crises qui secouent l’Amérique Latine la main des Etats-Unis, le gendarme du continent, la puissance politique et militaire qui, depuis la Doctrine Monroe de 1823, avait fait de l’Amérique sa chasse gardée. Dans le cas de la Bolivie et du Venezuela, l’ingérence des Etats-Unis pour faire tomber des régimes qui ne sont pas à leur goût a été claire et nette. Pour ce qui est du Chili et de la Colombie, j’ai encore des doutes.

Source : Chili, Bolivie, Venezuela, Colombie : l’Amérique Latine est en colère et ça pourrait très mal finir! – Le courrier du soir