Venezuela. A propos des sanctions internationales: étouffer le noyé

Le Venezuela connaît actuellement la crise la plus grave de l’histoire de l’Amérique et l’une des plus destructrices de l’histoire du capitalisme. Les estimations les plus prudentes établissent la baisse du PIB, pour la période comprise entre 2013 et le premier trimestre de 2019, à environ 60%. Des destructions sans précédent. Pour avoir une idée, entre 1939 et 1943, la Pologne dévastée par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale a subi, selon des historiens comme le Britannique Mark Mazower, une contraction de 43% de PIB. Dans ce panorama épouvantable, une série de sanctions financières et économiques, promues par Donald Trump visent à exacerber à l’extrême les effets de la crise et à achever le travail de dévastation.

Pour des raisons d’espace, il ne sera pas possible de détailler le déroulement complexe de la crise vénézuélienne, l’ensemble de ses raisons et de ses causes, ni de voir en profondeur la série de sanctions économiques suffocantes que les Etats-Unis ont imposées avec une férocité inhabituelle à ce pays des Caraïbes. Maintenant nous allons plutôt chercher à éclairer les principales questions qui se posent à ce sujet: la crise au Venezuela est-elle due aux sanctions? Comment celles-ci affectent la population vénézuélienne? Sont-elles utiles pour favoriser le changement politique dans ce pays?

Source : Venezuela. A propos des sanctions internationales: étouffer le noyé | A l’encontre