Un procès de l’Etat contre Odebrecht, trois procédures de l’entreprise de construction brésilienne contre l’Etat: la bataille judiciaire dans le cadre du vaste scandale international de corruption fait rage au Venezuela où la plupart des chantiers restent inachevés après avoir englouti des milliards de dollars.

Le scandale Odebrecht, révélé à partir de 2016, a mis au jour un vaste système de corruption opéré pendant plus d’une décennie par le géant brésilien du BTP à travers toute l’Amérique latine.

L’affaire a éclaboussé de nombreux dirigeants et partis politiques après que d’anciens responsables de la société ont reconnu avoir distribué des centaines de millions de dollars de pots-de-vin en échange notamment d’attributions de marchés publics.

Douze présidents ou ex-présidents latino-américains ont été mis en cause par la justice de leurs pays dans ce scandale.

Le Venezuela, où aucun fonctionnaire ou dirigeant n’a été inquiété à ce jour, est le deuxième pays derrière le Brésil à avoir reçu le plus de pots-de-vin de la part d’Odebrecht: 98 millions de dollars selon l’ex-président de l’entreprise, Marcelo Odebrecht, condamné à 19 ans de prison dans son pays.

A l’éclatement du scandale, Caracas a suspendu les contrats portant sur des millions de dollars et le président Nicolas Maduro avait promis de terminer les travaux « illégalement abandonnés par Odebrecht » avec des entreprises et des ingénieurs locaux.

Aujourd’hui, la plupart de ces chantiers sont devenus des « éléphants blancs », piliers de ponts sans pont, voies de chemins de fer menant nulle part, cratères géants au centre de Caracas ou tunnels inachevés…

Caracas et Odebrecht se renvoient la balle, s’accusant mutuellement de l’immense gâchis devant la justice.

Source : Corruption: bataille judiciaire entre le Venezuela et Odebrecht