Diplomatico, Carupano, Santa Teresa, Cacique, Pampero, Ocumare… Ces noms de marques vénézuéliennes font rêver les amateurs de vieux rhum et le plaisir que ces alcools procurent sont pour une partie dépendantes du nez et du palais de femmes. Deux des plus grandes rhumeries vénézuéliennes, Carupano et Santa Teresa, ont des femmes maîtres-rhumières.

Sorte de maître de Chai, le maître-rhumier est le responsable du goût, des minutieux mélanges entre les rhums, chaque bouteille de rhum étant en fait un assemblage subtil de rhums de différents âges.

«Chaque création est une composition, comme une oeuvre d’art», explique Carmen Lopez de Bastidas, 70 ans, et maître rhumière depuis 2016 chez Carupano, où elle travaille depuis 32 ans.

Source : Au Venezuela, ce sont les femmes qui font le goût du rhum