Alors que la guerre en Ukraine fait flamber les prix de l’énergie, Wall Street, et plus largement les investisseurs américains, se demandent s’il ne serait pas temps de demander à l’administration Biden de lever les sanctions qui frappent un grand producteur d’or noir : le Venezuela.

Désireux d’avoir à nouveau accès aux marchés internationaux du crédit et d’attirer les investissements étrangers pour donner un coup de fouet à une économie locale convalescente, le régime de Nicolas Maduro a concocté aux porteurs d’obligations américains une proposition qui devrait les convaincre de pousser la Maison Blanche à se montrer plus conciliante.

Si la proximité entre le président vénézuélien et le Kremlin risque de compliquer les choses, il n’en reste pas moins que l’administration Biden s’inquiète des répercussions de l’envolée des cours du brut sur les prix à la pompe en Amérique. Le conflit en Ukraine et l’explosion du Brent qui en a découlé (au plus fort de sa hausse, mercredi, le brut de référence s’envolait de presque 70% par rapport au 1er décembre) poussent les responsables américains à s’interroger sur la pertinence d’un assouplissement des sanctions contre Caracas, a rapporté une source proche du dossier, qui explique que l’idée serait d’augmenter l’offre de pétrole pour modérer l’envolée des prix.

Source : Le Venezuela courtise Wall Street dans l’espoir d’une levée des sanctions – l’Opinion