« Nous savons que certains hommes et unités militaires des forces militaires bolivariennes (vénézuéliennes) ont été mobilisés vers la frontière (entre la Colombie et le Venezuela) avec le soutien et la force technique de la Russie », a accusé jeudi le ministre colombien de la Défense, Diego Molano.

Citant des sources de renseignement, Diego Molano a dénoncé « une ingérence étrangère » russe dans cette zone, théâtre depuis début janvier d’une rivalité meurtrière entre deux groupes armés dont l’un, l’Armée de libération nationale (ELN), serait soutenu par Caracas, selon les autorités colombiennes.

Dans un communiqué publié vendredi, l’ambassade de Russie en Colombie a exprimé sa « perplexité » devant ces affirmations « irresponsables ». Elle a regretté les « tentatives répétées (du gouvernement colombien) d’accuser la Fédération de Russie » d’une « prétendue ingérence dans les affaires intérieures de la Colombie ». Il s’agit de « déclarations irresponsables d’un membre du cabinet gouvernemental », a ajouté la représentation russe, fustigeant le ministre Molano pour « son inlassable quête (d’ennemis) fictifs » et ses déclarations « sans aucune vérification ».

Commentant l’affaire à son tour devant la presse vendredi, le président colombien Ivan Duque a jugé qu’il était « important que nous continuions à maintenir l’esprit de coopération, de franchise et évidemment de garder cela au niveau du dialogue diplomatique qui convient ».

Source : La Colombie accuse la Russie « d’ingérence étrangère » à la frontière avec le Venezuela