Cet aéroport international au Venezuela va accepter les paiements en Bitcoin (BTC), Dash et Petro (PTR)

L’aéroport international Maiquetía – Simón Bolívar a l’intention d’accepter le Bitcoin (BTC) comme moyen de paiement, rapporte l’agence de presse El Siglo ce dimanche 10 octobre 2021. L’aéroport est situé à quelques kilomètres de Caracas, la capitale du Venezuela.

« Nous activerons un bouton destiné au paiement en cryptomonnaie sur les plateformes aéroportuaires et les activités commerciales, en coordination avec Sunacrip (NDLR : la Superintendance nationale des crypto-actifs) », annonce Freddy Borges, directeur de l’aéroport international.

L’aéroport ne compte pas s’arrêter au Bitcoin. D’autres cryptomonnaies seront aussi acceptées comme moyen de paiement entre ses murs, dont le Dash (DASH) ou le Petro (PTR), la devise numérique nationale.

Source : Cet aéroport international au Venezuela va accepter les paiements en Bitcoin (BTC), Dash et Petro (PTR)

Le Venezuela dénonce «l’assassinat massif» de migrants en Colombie

Le procureur général du Venezuela Tarek William Saab a dénoncé mardi «l’assassinat massif» d’immigrants vénézuéliens en Colombie, après «l’exécution extrajudiciaire» de deux jeunes de 12 et 18 ans dans une région frontalière. «Le nombre effrayant pourrait atteindre environ 3.000 Vénézuéliens morts victimes de la haine et de la xénophobie», a affirmé Tarek William Saab, parlant «d’assassinat massif de Vénézuéliens en Colombie».

La mort des deux adolescents n’est «pas un acte isolé ou exceptionnel. Au moins 1.933 immigrants vénézuéliens ont été assassinés et 836 sont portés disparus. De janvier à août, 362 Vénézuéliens ont été assassinés en Colombie», a affirmé Tarek William Saab à la télévision nationale, citant un rapport de l’ONG CODHES (Conseil pour les droits de l’homme et le déplacement).

Lundi, l’Onu a demandé une enquête sur l’assassinat des deux adolescents, dont les photos et vidéos ont été largement diffusés sur les réseaux sociaux.

Source : Le Venezuela dénonce «l’assassinat massif» de migrants en Colombie

Le Venezuela dit qu’il veut traîner le président colombien devant la CPI

Caracas a annoncé mercredi son intention de porter plainte devant la Cour pénale internationale (CPI) contre le président colombien Ivan Duque pour «extermination» de migrants vénézuéliens sur son territoire. L’annonce à la télévision publique a été faite par la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez, après l’exécution en Colombie de deux adolescents vénézuéliens accusés de vol.

Bogota comme les Nations unies ont annoncé avoir ouvert des enquêtes sur cette affaire abondamment relayée sur les réseaux sociaux et qui a ému deux côtés de la frontière. «Le Venezuela va traîner Ivan Duque devant la CPI pour l’extermination et la persécution de nos immigrants», a lancé Delcy Rodriguez, évoquant une «politique systématique et massive». Sur des vidéos et photos sur les réseaux sociaux, les deux garçons apparaissent dans les locaux de la boutique où ils ont tenté de voler, manifestement pris en flagrant délit. L’air contrit, les poignets liés par du gros scotch, ils sont entourés de plusieurs personnes qui leur font la leçon. Toujours selon ces images, les corps des deux adolescents ont été retrouvés peu après gisant dans leur sang sur un sentier de campagne, apparemment exécutés d’une balle dans la poitrine.

Source : Le Venezuela dit qu’il veut traîner le président colombien devant la CPI

Venezuela: décès en prison du général Baduel, ancien ministre de Chavez devenu opposant

Le général Raúl Baduel, 66 ans, un des plus célèbres prisonniers politiques vénézuéliens, qui fut un ministre et un allié de l’ancien président Hugo Chávez, est décédé mardi en prison du Covid-19, a annoncé le procureur général vénézuélien sur Twitter.

Le général Baduel, 66 ans, était un vieux compagnon de route de Hugo Chávez. En 1982, ce camarade de promotion du futur président faisait partie du groupe des quatre qui avait prêté serment à Samán de Güere (État d’Aragua), promettant d’instaurer « une démocratie solide et profonde, avec une attention spéciale aux moins favorisés ». En 1992, il est encore à ses côtés dans le coup d’État manqué pour destituer Carlos Andrés Pérez.

Vingt ans plus tard, en 2002, il l’aide à reprendre le pouvoir au palais de Miraflores lors d’une tentative de coup d’État. Alors commandant de brigade basé à Maracay (à 200 km à l’ouest de Caracas), il avait annoncé son attachement à la Constitution et permis à Hugo Chávez, qui était aux mains des putschistes, de reprendre le pouvoir.

Promu général en chef des Forces armées en 2004, avant d’être nommé ministre de la Défense, il tombe ensuite en disgrâce, notamment parce qu’il prend position contre la réforme de la Constitution, en 2007, qui permet au président de se représenter de façon illimitée. Il devient alors l’une des bêtes noires du chef de l’État, dont il dénonce la dérive autoritaire. Il est emprisonné en avril 2009 pour corruption à la prison militaire de Ramo Verde, à une trentaine de kilomètres de Caracas.

Condamné à sept ans et onze mois de prison pour malversation, il ne bénéficiera d’une mesure d’aménagement de sa peine qu’en août 2015. Libéré en conditionnelle cette année-là, il est de nouveau arrêté en 2017, accusé cette fois de complot, à la veille de la fin officielle de sa peine. Il est dégradé et rayé des cadres de l’armée. En juin 2019, les autorités vénézuéliennes l’accusent d’être le cerveau d’une tentative de coup d’État contre Nicolás Maduro.

Source : Venezuela: décès en prison du général Baduel, ancien ministre de Chavez devenu opposant

Venezuela: pour Maduro, l’Espagne «offense» l’Amérique en célébrant Christophe Colomb

Le président du Venezuela Nicolás Maduro a estimé mardi 12 octobre que l’Espagne «offense» la mémoire de l’Amérique en célébrant sa fête nationale le 12 octobre, jour de l’arrivée de Christophe Colomb, car cette date marque le «génocide» des peuples indigènes. «C’est une offense à toute l’Amérique que le roi d’Espagne célèbre encore le 12 octobre, le jour où a débuté le colonialisme de l’Amérique et le plus grand génocide de l’histoire, en le célébrant comme un jour férié, comme un prétendu jour de civilisation», a déclaré Nicolás Maduro.

Lors d’une prise de parole devant ses partisans réunis devant le palais présidentiel de Miraflores, il a indiqué qu’il allait rendre publique «une lettre au roi d’Espagne» dans laquelle il partagera, «avec un grand respect», «des réflexions du fond du cœur de notre peuple». Selon lui, cette lettre va refléter l’indignation vécue par les peuples autochtones.

Source : Venezuela: pour Maduro, l’Espagne «offense» l’Amérique en célébrant Christophe Colomb