Deux militaires colombiens enlevés à la frontière avec le Venezuela

Deux militaires colombiens ont été enlevés par des rebelles près de la frontière entre la Colombie et Venezuela, a annoncé vendredi le gouvernement colombien. «L’information que nous avons de sources de renseignement est qu’ils ont été enlevés», a déclaré le ministre de la Défense Diego Molano, cité dans un communiqué.

Selon Diego Molano, il existe dans l’Arauca des «preuves» d’une «frontière poreuse avec un régime qui collabore avec le trafic de drogue et les groupes armés illégaux». Malgré le désarmement des FARC, le pays connaît une résurgence de la violence dans plusieurs régions, notamment à la frontière avec le Venezuela. Des dissidents de l’accord de paix, des groupes paramilitaires et l’ELN s’y affrontent pour le contrôle du trafic de drogue et de l’exploitation minière illégale, en profitant de la porosité de la frontière de 2200 kilomètres entre les deux pays. Le gouvernement colombien d’Ivan Duque accuse les autorités vénézuéliennes de donner refuge et de protéger les groupes rebelles colombiens, des accusations que le président vénézuélien Nicolas Maduro dément.

Source : Deux militaires colombiens enlevés à la frontière avec le Venezuela

Au Venezuela, l’irrésistible ascension d’Alex Saab, Colombien d’origine libanaise, des porte-clés à la diplomatie

Homme de paille affairiste du président vénézuélien pour ses détracteurs, serviteur dévoué du chavisme et intermédiaire ingénieux pour ses soutiens, il est passé de l’ombre à la lumière mais risque désormais d’y retourner pour plusieurs années: il doit être extradé du Cap-Vert aux Etats-Unis.

Source : Au Venezuela, l’irrésistible ascension d’Alex Saab, Colombien d’origine libanaise, des porte-clés à la diplomatie – L’Orient-Le Jour

Venezuela: faute de crédits face à l’inflation, le marché immobilier fonctionne au cash

Gustavo Martinez est ingénieur dans une compagnie pétrolière à Caracas mais malgré son salaire au-dessus de la moyenne il ne peut accéder à la propriété. L’hyperinflation au Venezuela a totalement asséché le crédit immobilier.

L’inflation vertigineuse qui avoisine les 3.000% empêche les banques d’accorder des prêts en bolivar, la monnaie locale. Dans les rares cas où elles le font, la période de remboursement est généralement inférieure à six mois.

Le bolivar a encore perdu 73% de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l’année. En ce début septembre, un seul dollar américain équivaut à 4 millions de bolivars.

Dès lors, le dollar, bien que n’étant pas la monnaie officielle mais qui est abondamment utilisé dans la vie quotidienne, fait loi dans les transactions immobilières.

Les candidats à la propriété doivent donc s’arranger pour payer par virement bancaire ou en cash avec des mallettes remplies de billets verts.

Le crédit bancaire est quasiment à l’arrêt au Venezuela où les banques n’ont que 140 millions de dollars de prêts en cours pour une population de quelque 30 millions d’habitants, contre 14 milliards dans la Colombie voisine et ses 50 millions d’habitants.

Le montant des prêts immobiliers ne s’élève qu’à 840.000 dollars, soit 0,6% de l’ensemble des crédits au Venezuela, selon les chiffres officiels publiés en mars.

Source : Venezuela: faute de crédits face à l’inflation, le marché immobilier fonctionne au cash

177 scientifiques, professeur(e)s et agent(e)s de santé de terrain répondent aux fake-news de Luke Taylor (« Nature ) sur la gestion du Covid au Venezuela

Dès le début de la pandémie au Venezuela (13 mars 2020), le gouvernement bolivarien a mis en place une politique intensive de biosécurité, masques, désinfection d’espaces, confinement, dépistage massif, campagnes d’éducation et actuellement, une campagne intensive de vaccination gratuite. Nous avons publié une dizaine d’articles sur ce thème.

En septembre 2021 – nouvelle victoire sur le blocus occidental -, le Venezuela a pu acheter 700.000 doses du vaccin chinois Sinovac, libérées du verrou bancaire suisse après une longue bataille, grâce à l’appui de l’OMS/COVAX qui enverra au total 11 millions de doses. Vient d’arriver également la neuvième cargaison du vaccin russe Sputnik-V.

Le Venezuela est à présent en tête des pays pour la vitesse de vaccination (graphique) et continue comme depuis le début de la pandémie à écraser la courbe du Covid (https://covid19.who.int/region/amro/country/ve), ce qui explique que l’ONU ait demandé au Venezuela l’autorisation d’étudier le succès de sa politique anti-Covid. Une politique qui contraste avec les politiques « trumpo-darwinistes », ultra-néolibérales, qui ont provoqué des hécatombes en Equateur, au Brésil ou en Colombie.

Source : 177 scientifiques, professeur(e)s et agent(e)s de santé de terrain répondent aux fake-news de Luke Taylor (« Nature ) sur la gestion du Covid au Venezuela | «Venezuela Infos