[Audio] L’unique refuge de Vénézuéliens en Colombie

Le Grand Reportage nous emmène aujourd’hui en Colombie pour faire un point sur l’exode des Vénézuéliens. Ils sont des milliers à traverser la frontière colombienne chaque jour pour se rendre à pied jusqu’en Equateur ou au Pérou, dans l’espoir d’une vie meilleure. Plus de 2 millions de Vénézuéliens ont ainsi quitté leur pays, la Colombie en a reçu plus d’un million, les grandes villes enregistrent le plus gros de l’afflux, comme Bogota, Medellin, ou Santa Marta. En novembre 2018, le gouvernement a présenté un document proposant des solutions pour accueillir les migrants. Pour le moment, rien de concret. Beaucoup de Vénézuéliens sont en transit, et sont complètement livrés à eux mêmes. Alors une Vénézuélienne a décidé d’ouvrir l’unique refuge officiel pour ces migrants. Notre correspondante Najet Benrabaa nous en a fait la visite.

Source : RFI

Migrants: une Vénézuélienne au secours de ses compatriotes en Colombie


Alors que le gouvernement tente de mettre en place un programme d’accueil et que les chiffres des migrants vénézuéliens ne cessent de croître (plus de deux millions), des maisons d’accueil éphémères ou solidaires à l’initiative de citoyens fournissent un peu d’aide. Pour le moment, malgré l’annonce du document Conpes, dont l’objectif est de faciliter l’accueil des Vénézuéliens, il n’existe pas encore de refuge officiel géré par une ONG ou institution.

A Tunja près de la capitale Bogota, une Vénézuélienne a donc monté son propre refuge. Anny Uribe fait face aux difficultés et à la douleur de ses compatriotes. Chaque jour près de 200 migrants épuisés et détruits sont hébergés dans son refuge.

Source : RFI

Groupe de Lima: comment sortir de l’inefficacité face à la crise au Venezuela ?

Ce mercredi 19 décembre 2018, les vice-ministres des Affaires étrangères de 14 pays latino-américains, caribéens et du Canada se retrouvent à Bogotá, la capitale colombienne. Ensemble, ils forment le Groupe de Lima, constitué en août 2017 pour trouver une issue démocratique et pacifique à la grave crise qui secoue le Venezuela. Force est de constater qu’un an et demi plus tard, la situation vénézuélienne ne fait que s’aggraver.

Le Pérou proposera ce mercredi aux autres pays membres du Groupe de Lima de rompre collectivement leurs relations diplomatiques avec le gouvernement vénézuélien. « Ils essayent de créer des conditions pour isoler le plus possible le président vénézuélien Nicolás Maduro et son gouvernement », explique Isabelle Rousseau, professeure et coordinatrice du programme de l’Energie au Colegio de Mexico.

Source : Groupe de Lima: comment sortir de l’inefficacité face à la crise au Venezuela? – Amériques – RFI

Le pillage du Venezuela via la Suisse

Surnommés les «boliburgués», ces puissants hommes d’affaires vénézuéliens auraient détourné plus d’un milliard de dollars des caisses publiques, en partie pour financer leur train de vie fastueux aux Etats-Unis.

Ainsi, Alejandro Andrade, un ancien garde du corps de Chavez, nommé ministre des Finances en 2007, a plaidé coupable de corruption le 19 novembre dernier. Basé en Floride, où il possédait un ranch de chevaux de course, l’ancien fonctionnaire vénézuélien a écopé de 10 ans de prison.Les documents judiciaires consultés par la lettre judiciaire suisse Gotham City montrent à quel point les «boliburgués» dépendaient des banques suisses pour commettre leurs méfaits.

Source : Le pillage du Venezuela via la Suisse – La Liberté

Bolsonaro déterminé à agir contre Cuba et le Venezuela

Le président élu brésilien Jair Bolsonaro a annoncé mardi que son gouvernement fera tout son possible « dans le cadre de la loi, de la démocratie » contre les gouvernements cubain et vénézuélien.

« Tout ce que nous pouvons faire dans le cadre de la loi, de la démocratie, contre ces pays (Cuba et le Venezuela, ndlr), nous le ferons », a déclaré M. Bolsonaro lors d’une diffusion en direct sur le réseau social Facebook.

L’ancien militaire âgé de 63 ans, qui ne dissimule pas son aversion pour les gouvernements de gauche, a répété que « ni le dictateur cubain » Miguel Diaz-Canel « ni le dictateur vénézuélien » Nicolas Maduro n’ont été invités à sa cérémonie d’investiture qui aura lieu le 1er janvier à Brasilia.

Source : Bolsonaro déterminé à agir contre Cuba et le Venezuela – La Croix