Au Venezuela, les excès meurtriers de la politique sécuritaire

Dans un rapport très étayé rendu public jeudi, Amnesty International accuse le gouvernement socialiste du Venezuela d’«utiliser la force meurtrière dans l’intention de tuer les personnes les plus vulnérables et les plus exclues». L’Etat bolivarien «viole leurs droits et les traite comme des criminels en raison de leurs conditions de vie, alors qu’il devrait mettre en œuvre des politiques de lutte contre la criminalité basées sur la prévention et conformes aux normes internationales».

Amnesty a recensé, entre 2015 et juin 2017, 8 200 «exécutions extrajudiciaires», homicides commis par les forces de police ou l’armée hors de toute procédure de justice. Avec un total de plus de 21 700 homicides pour 2016, le Venezuela serait le troisième pays le plus violent de la planète, derrière la Syrie et le Salvador. Et le deuxième pour les morts par arme à feu, après le Salvador et devant le Honduras.

Source : Au Venezuela, les excès meurtriers de la politique sécuritaire – Libération