Présidentielle: le Venezuela réagira en cas de sanctions américaines

See on Scoop.itVenezuela

Le Venezuela a annoncé qu’il prendrait des mesures commerciales, énergétiques, économiques et politiques contre les Etats-Unis si ce pays venait à sanctionner Caracas pour ne pas suivre les recommandations de Washington sur un nouveau comptage des votes après la présidentielle du 14 avril.

Si les Etats-Unis prennent des sanctions économiques ou de tout autre forme, nous prendrons les mesures d’ordre commercial, énergétique, économique et politique que nous considérerons nécessaires pour répondre de manière conséquente, a déclaré lundi le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Elias Jaua à la chaîne de télévision Telesur depuis l’Equateur, où il participait à une réunion de l’Alliance bolivarienne pour les peuples d’Amérique (ALBA).

Dimanche, la secrétaire d’Etat adjointe pour l’Amérique latine Roberta Jacobson n’avait pas exclu d’éventuelles sanctions américaines contre le Venezuela en cas de non-recomptage des votes de la présidentielle du 14 avril contestée par l’opposition. Nous ne pouvons pas dire si nous allons ou non appliquer des sanctions, avait-elle déclaré à la chaîne CNN en espagnol.

See on www.romandie.com

Au Venezuela, la famille Chavez veut sa part d’héritage

See on Scoop.itVenezuela

Hugo Chavez n’est plus. Mais la marque Chavez reste. La famille aussi. Vendredi 19 avril, Nicolas Maduro devait être investi président de la République. Jeudi, le Conseil national électoral (CNE) a accepté le recomptage des voix du scrutin présidentiel du 14 avril, réclamé par l’opposition.

 

Elu de justesse, M. Maduro se qualifie lui-même de « fils d’Hugo Chavez ». Et qui s’est-il choisi pour vice-président ? Jorge Arreaza, gendre d’Hugo Chavez et ancien ministre de la science et de la technologie. Mercredi, Gustavo Arreaza, son frère, a été nommé à la tête de la chaîne publique de télévision VTV.

 

M. Maduro a été très officiellement admis au sein de la famille Chavez. « Nicolas est plus que Nicolas, il est Nicolas Chavez Maduro », avait lancé Narciso, un des cinq frères d’Hugo Chavez, le 2 avril. Ce jour-là, à Sabaneta, le village natal du chef de l’Etat, tout le clan Chavez était venu soutenir M. Maduro, qui démarrait sa campagne électorale.

 

L’Etat de Barinas, où se trouve Sabaneta, fait figure de fief familial. Adan Chavez, le frère d’Hugo, y a été élu gouverneur en 2008. Il a succédé à Chavez père, qui occupait le poste depuis 1998. Adan avait auparavant été ambassadeur à Cuba et ministre de l’éducation. Au cours des mois qui ont précédé la mort du président, son nom est souvent apparu sur la liste des possibles successeurs. Mais en décembre 2012, Adan a été réélu gouverneur du Barinas.

 

Les deux plus jeunes frères d’Hugo Chavez, Anibal et Adelis, font aussi carrière dans le Barinas. Le premier est maire de la municipalité de Sabaneta. Le benjamin Adelis n’aime pas la politique. Il préside le club de football local, le Zamora, qui joue en première division. « C’est de loin le poste le plus important de la région », ironise un antichaviste fanatique de foot.

 

Argenis Chavez, lui, préside Corporelec, l’entreprise électrique nationalisée en 2007. Il a rang de vice-ministre, dit sa biographie. Et du pain sur la planche : les coupures d’électricité sont quotidiennes au Venezuela. Narciso, enfin, est responsable de toute la coopération avec Cuba en matière de santé. Et qui trouve-t-on au sein de la puissante entreprise pétrolière d’Etat PDVSA ? Point de frère, mais leur cousin Asdrubal Chavez, tout à la fois vice-président de PDVSA et vice-ministre de l’énergie.

See on www.lemonde.fr

Nuit de cristal au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Le bras de fer est engagé, et ne semble pas tourné en faveur de l´ancien candidat de la droite. La plupart des dirigeants mondiaux ont reconnu Maduro comme le nouveau président du Venezuela : les pays latino-américains dont les gouvernement de droite de Colombie, du Chili et du Mexique ; les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), plusieurs pays d´Afrique, ainsi que certains pays européens comme l´Espagne. Les Etats-Unis refusent toujours de reconnaitre la légitimité du processus démocratique vénézuélien. L´armée vénézuélienne a reconnu Nicolas Maduro comme son nouveau « chef des armées », tâche qui incombe au président de la République, et a réitéré son engagement à préserver la paix et la sécurité. Par la voix de Wilmer Barrientos, chef du Commandement Stratégique Opérationnel, elle a invité les vénézuéliens à respecter les lois et les règles de la démocratie. Même si la droite compte maintenir sa stratégie de tension en envoyant les mêmes groupes vêtus du rouge chaviste pour faire porter la responsabilité des violences au gouvernement, le spectre d´un coup d´Etat soft parait être écarté. Nicolas Maduro sortira renforcé de cette épreuve de force. En revanche, les messages de paix et d´union de Capriles ont volé en éclat. Des personnes ont été assassinées, blessées ou maltraitées pour avoir commis l´outrage de ne pas se reconnaitre dans le discours du responsable des violences actuelles au Venezuela. Les masques tombent et le fascisme a désormais un visage.
See on www.michelcollon.info

Henrique Capriles : « Il faut refaire les élections au Venezuela » (Interview)

See on Scoop.itVenezuela

Henrique Capriles sait qu’il a marqué l’histoire du Venezuela. L’élection présidentielle, le 14 avril, a donné un résultat inattendu : il a mis à mal le dauphin de Hugo Chavez, qui a remporté les élections de justesse avec 50,66% des voix contre 49,07% pour son concurrent. Soit 210.000 voix d’écart. Des irrégularités ont été dénoncées et ont obligé l’administration a vérifier tous les résultats. Une tension supplémentaire dans ce pays où les manifestations antigouvernementales ont causé huit morts. Henrique Capriles répond à Metro.

 

Quelles sont les irrégularités que vous avez relevées ?

Sur 54 % des bureaux de vote déjà vérifiés, nous avons par exemple trouvé des bureaux où Maduro a reçu 1 000% de votes de plus que Chavez lors de la précédente élection. L’audit des 46% restants a commencé. Il y a 18 000 urnes, mais j’ai accepté qu’on n’en vérifie que 12 000. Attention, il ne s’agit pas juste de les ouvrir, mais de vérifier chaque bulletin, la liste des électeurs et leur signature. Soit le cœur du processus. Il n’y a qu’ainsi qu’on peut voir si une personne a voté plusieurs fois ou si des morts ont voté. Notre plainte porte sur les violences dans les écoles faisant office de bureau de vote, sur les votes « assistés », sur le prosélytisme devant les écoles et sur les gens qui ont voté deux ou trois fois.

 

Selon vous, quelles seront les conclusions de cet audit ?

Qu’il faut refaire les élections au moins pour partie, sinon entièrement. Cette fraude touche énormément d’électeurs. Donc cela pourrait non seulement réduire l’écart entre nous et Maduro, mais nous donner la victoire.

 

Accepterez-vous les conclusions de cet audit, quelles qu’elles soient ?

Les conclusions seront présentées au pays et au monde entier. Tous les yeux sont tournés vers le Venezuela. De là, le gouvernement se verra légitime ou illégitime.

See on www.metrofrance.com

Venezuela: Morts et menaces à la suite des élections

See on Scoop.itVenezuela

Les violences qui font suite à l’élection présidentielle au Venezuela pourraient s’intensifier. Pour éviter toute escalade, les autorités doivent rapidement mener des investigations efficaces en vue de traduire les responsables présumés en justice.

 

Selon certaines informations, des professionnels des médias, des militants politiques et sociaux, des défenseurs des droits humains et des personnes participant à des manifestations politiques ont été la cible d’attaques, à la veille comme au lendemain du scrutin. D’après le procureur général du Venezuela, le bilan s’élève à au moins sept morts, 61 blessés et 135 arrestations, depuis que la publication des résultats de l’élection a montré la victoire de l’ancien vice-président Nicolás Maduro.

 

«Les violents heurts dont le Venezuela est le théâtre depuis deux semaines sont très inquiétants. Les autorités ont le devoir de garantir à tous le droit à la participation politique et à la manifestation pacifique. Par ailleurs, les forces de sécurité sont tenues de respecter les normes internationales en vue de maintenir l’ordre public et de contenir des actes violents potentiels», a expliqué Guadalupe Marengo, directrice adjointe du programme Amériques d’Amnesty International.

See on www.amnesty.ch

Venezuela: Nelson Merentes nommé ministre des Finances

See on Scoop.itVenezuela

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a nommé dimanche le gouverneur de la Banque centrale Nelson Merentes au poste de ministre des Finances où il remplace Jorge Giordani.

 

Universitaire de gauche surnommé «Le moine» par ses étudiants, ce dernier avait pris ses fonctions en 2008. Il est considéré comme le principal architecte du système complexe de contrôle des prix et des changes.

See on www.20minutes.fr