Au Venezuela, les médias tombent sous les coups de la crise et du pouvoir

El Universal est sans nul doute l’exemple le plus saisissant. L’un des journaux les plus anciens et les plus diffusés dans le pays a informé ses travailleurs qu’il ne serait pas en mesure de payer les nouveaux salaires souhaités par le président vénézuélien.

Avec El Universal, une dizaine de médias ont « annoncé leur disparition, leur changement de statut ou la liquidation de personnel », s’alarme le Syndicat des travailleurs de la presse (SNTP) : le Diario de los Andes, El Caroreño, le Lara, Visión Apurena, Notitarde, Noticiero 52, Las Noticias de Cojedes, Radio News 105.3 Fm et Nueva Prensa de Guayana. « D’autres insistent pour forcer leurs travailleurs à quitter le pays », poursuit le syndicat de la presse vénézuélien.

Source : Au Venezuela, les médias tombent sous les coups de la crise et du pouvoir – La Croix