Venezuela : arrestation de l’organisateur logisitique des « Guarimbas »

See on Scoop.itVenezuela

Etant donné que Rodolfo Pedro Gonzalez Martinez, alias « L’Aviateur » a été identifié comme celui qui organisait les « guarimbas » au niveau logistique, il a été arrêté lors d’une opération menée à bien par les corps de sécurité de l’Etat, a indiqué vendredi le ministre de l’Intérieur, de la Justice et d ela Paix, Miguel Rodriguez Torres.

 

Gonzalez Martinez est le logisticien des bandes armées engagées par des partis politiques d’extrême droite pour exécuter des actes terroristes (« guarimbas ») qui font partie du plan de sédition contre la démocratie et le Gouvernement constitutionnel du Venezuela.

See on www.legrandsoir.info

60% des Vénézuéliens critiquent la gestion de Maduro

See on Scoop.itVenezuela

Huit Vénézuéliens sur dix affirment que la situation du pays est mauvaise et 60% critiquent la gestion du président socialiste Nicolas Maduro, au pouvoir depuis un an, selon un sondage diffusé lundi.

 

Quasiment 34% des personnes interrogées estiment que la «situation actuelle dans le pays» est «très mauvaise», presque 33% la jugent «mauvaise» et 12,7% de «normale à mauvaise» contre à peine 18,5% qui la considèrent comme positive, selon cette enquête de l’institut privé Datanalisis, publiée par le journal El Universal.

 

Selon ce sondage, pour la première fois les Vénézuéliens citent la situation économique comme principal problème (32,5%), devant l’insécurité (23,5%).

Un tiers des sondés désignent M. Maduro comme responsable de la situation dans le pays. Par ailleurs, 60% des personnes interrogées jugent que le président devrait quitter le pouvoir avant la fin de son mandat, en 2019.

 

Ainsi, 39% des sondés souhaitent qu’il quitte son poste cette année, 20,1% plaident pour un référendum révocatoire à mi-mandat (en 2016) et 19,7% souhaitent le voir arriver au terme de son mandat.

See on www.lapresse.ca

Washington en quête d’un changement de régime au Venezuela

See on Scoop.itVenezuela

Ces derniers jours, les responsables américains ont recommencé à marteler leurs dénonciations du gouvernement vénézuélien du président Nicolás Maduro.

En réaction à un appel lancé par un émigré vénézuélien de droite à Miami, le président Barack Obama s’est dit «profondément troublé par la répression continuelle des manifestants au Venezuela» et a déclaré qu’il était «à l’oeuvre en coulisses» pour influencer les événements dans ce pays d’Amérique du Sud.

Lundi, au cours d’une intervention par vidéo dans une conférence en Estonie de la Freedom Online Coalition (Coalition pour la liberté en ligne), qui réunit les gouvernements de 23 pays, le secrétaire d’État John Kerry a lancé des accusations sans preuves selon lesquelles le gouvernement vénézuélien aurait bloqué l’accès à certains sites Web. Kerry a affirmé que le Venezuela, comme la Russie, était parmi les pays qui restreignent la liberté sur Internet et qui est un endroit «où nous devons faire face à certains des plus grands défis pour la sécurité aujourd’hui».

De plus, lors d’une autre conférence dans la ville de New York, Roberta Jacobsen, la sous-secrétaire d’État chargée des affaires de l’hémisphère occidental, a déclaré à l’audience que le gouvernement Obama«n’exclue rien», y compris l’imposition de sanctions contre le Venezuela, mais que pour le moment il défend l’idée de «laisser une chance» au «dialogue» en cours entre le gouvernement Maduro et son opposition de droite.

See on www.cameroonvoice.com

Des troubles préfabriqués au Venezuela selon le même modèle qu’en Ukraine

See on Scoop.itVenezuela

Ces derniers temps, nos médias nous parlent régulièrement de l’opposition contre le gouvernement de Nicolás Maduro et contre sa politique au Venezuela. On lui reproche notamment son «incapacité en politique économique» ou ses «activités antidémocratiques». La presse occidentale reprend de telles formules de manière complaisante et justifie ainsi les protestations souvent violentes. Vu de l’extérieur, ses descriptions rappellent les récits de Kiev et du Maidan, dans lesquels l’opposition est seule à être entendue. Etant donné que ce qui est publié dans nos médias, ne correspond guère à la réalité, «Horizons et débats» a interrogé Walter Suter, ancien ambassadeur suisse au Venezuela, qui a, actuellement encore, de nombreux contacts étroits en Amérique latine.

See on www.horizons-et-debats.ch