Ombre chinoise sur la cybercensure au Venezuela

Les Etats-Unis ont annoncé lundi des sanctions contre China National Electronics Import and Export Corporation (CEIEC), une importante société publique chinoise spécialisée dans l’électronique, civile et militaire, accusée d’aider le gouvernement socialiste du Venezuela à censurer ses détracteurs sur Internet. Le Trésor américain va geler les éventuels avoirs aux Etats-Unis de CEIEC et de toute entreprise dont la compagnie détiendrait au moins 50% du capital. Ces sanctions leur bloquent aussi l’accès au système financier américain.

Selon Washington, CEIEC apporte son expertise à CanTv, l’entreprise publique de télécommunications du Venezuela, qui bloque des médias indépendants ainsi que des retransmissions en streaming du chef de l’opposition, Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis et la France.

Source : Ombre chinoise sur la cybercensure au Venezuela – Libération

Législatives au Venezuela: le nouvel espoir des populations les plus modestes

À moins d’une semaine de législatives controversées, les sondages prédisent une faible participation. Pourtant, dans certains quartiers populaires de la région de Caracas, les Vénézuéliens entendent bien se rendre aux urnes dans l’espoir d’un changement dans ce pays miné par une crise politique, économique et sociale sans précédent.

Source : Législatives au Venezuela: le nouvel espoir des populations les plus modestes

Mort de Diego Maradona : le Venezuela agacé par l’hommage d’Emmanuel Macron

Président et amateur de football, Emmanuel Macron ne pouvait pas rester silencieux face à la mort de Diego Maradona. Le chef d’Etat français a rendu hommage à la légende du ballon rond dans une lettre rendue publique par l’Elysée ce 26 novembre. Mais les allusions dans celle-ci n’ont pas plus à tout le monde.

En effet, Emmanuel Macron a mis en avant le joueur, mais également le rôle géopolitique qu’il a pu avoir sur le terrain pendant sa carrière. Il y parle notamment de la «revanche» prise par l’Argentine en 1986 lors de la Coupe du monde, lorsque Maradona et ses coéquipiers battent l’Angleterre, 4 ans après la guerre des Malouines. Le Royaume-Uni y avait remporté une victoire militaire. Le président français y voit alors le «match le plus géopolitique de l’histoire du football».

Cependant, le président français critique également les engagements politiques pris par l’Argentin en dehors des stades. «Ses expéditions auprès de Fidel Castro comme de Hugo Chàvez auront le goût d’une défaite amère. C’est bien sur les terrains que Maradona a fait la révolution», écrit-il, lui reprochant d’avoir soutenu des régimes proches du communisme.

Le Venezuela, dirigé Nicolas Maduro, successeur idéologique d’Hugo Chàvez, ne partage sa vision. Dans un tweet repéré par Telesur et relayé par Courrier International, le ministre des Affaires étrangères du pays sud-américain, Jorge Arreaza, écrit : «la seule défaite est celle d’une classe politique qui tremble devant l’uniforme jaune des travailleurs». Une allusion à peine voilée à l’épisode des gilets jaunes en France.

Source : Mort de Diego Maradona : le Venezuela agacé par l’hommage d’Emmanuel Macron | CNEWS

Migrants : le calvaire de 16 enfants entre le Venezuela et Trinidad-et-Tobago

« On arrive à Trinidad ! On arrive ! » Dans la frêle embarcation, des femmes et des enfants se protègent des embruns. Enveloppé dans des linges, un bébé est serré contre une poitrine. Un petit garçon aux cheveux mouillés s’accroche au centre de la barque. Dans un horizon brumeux, on aperçoit la côte de Trinidad-et-Tobago. Pour cette trentaine de migrants, dont seize enfants, c’est la fin provisoire, ce mardi 24 novembre, d’un calvaire de plusieurs jours entre le Venezuela et l’archipel caribéen.

Le sort de ces jeunes migrants jette une lumière crue sur le drame que vivent les 5 millions de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays ces dernières années, fuyant la famine et la misère. Environ 40 000 d’entre eux ont émigré vers Trinidad-et-Tobago, petit pays insulaire de 1,3 million d’habitants situé à seulement 15 km à l’est du Venezuela, et dont le premier ministre, Keith Rowley, est un allié indéfectible du président Nicolas Maduro.

Source : Migrants : le calvaire de 16 enfants entre le Venezuela et Trinidad-et-Tobago

Coronavirus : MSF réduit sa présence au Venezuela

L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a annoncé son retrait de l’hôpital vénézuélien dans lequel l’ONG avait développé notamment un projet contre le Covid-19 avec test PCR, suivi médical et unité de soins intensifs, et ceci dans l’immense zone urbaine de Petare, en bordure de la capitale Caracas, l’une des plus densément peuplées du pays.

L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a demandé aux autorités vénézuéliennes de faciliter l’arrivée de personnel humanitaire pour maintenir ses programmes dans chacune des 39 structures de santé dans lesquelles elle intervient. Mais malgré les demandes et multiples relances de MSF depuis de nombreux mois, les autorités vénézuéliennes ne fournissent toujours pas les visas et permis de travail pour le personnel humanitaire expatrié.

Source : Coronavirus : MSF réduit sa présence au Venezuela

Venezuela: 228 féminicides en 2020, un tiers en plus qu’en 2019

Quelque 228 féminicides sont survenus en 2020 au Venezuela, soit 36,52% de plus que l’année précédente, a annoncé mercredi 25 novembre une association spécialisée, le jour de la Journée internationale de l’Onu pour l’élimination de la violence contre les femmes.

«Nous avons observé une augmentation alarmante», a déclaré Aimeé Zambrano, coordinatrice de l’organisation indépendante Monitor de Feminicidios, liée à la plateforme numérique Utopix.

Selon le Monitor, 159 de ces 228 meurtres se sont produits après l’introduction du confinement dans le pays, à la mi-mars. Des dizaines de femmes ont manifesté devant le palais de justice de Caracas et d’autres bâtiments publics, en scandant notamment: «On nous assassine, nous les femmes!»

Le gouvernement vénézuélien a cessé de donner des chiffres officiels de féminicides en 2016, après en avoir annoncé 121 pour 2015.

Source : Venezuela: 228 féminicides en 2020, un tiers en plus qu’en 2019