[Vidéo] Venezuela : les espoirs des Européens

Au Venezuela, de nombreux habitants ont une lointaine parenté avec l’Europe. Dès les années 1940 et jusqu’aux années 1970, Espagnols, Italiens ou encore Portugais ont choisi de s’établir dans le pays.

Venu d’Italie, Giuseppe est arrivé au Venezuela lorsqu’il était enfant. Il attend que Rome reconnaisse Juan Guaido comme président de son pays d’adoption.

« L’Italie tourne le dos aux centaines de milliers d’Italiens et descendants d’Italiens qui souffrent de cette situation terrible au Venezuela », s’indigne, Giuseppe Giannetto, ancien recteur de l’université de Caracas, « c’est vraiment une honte ».

Eusebio, lui, est arrivé du Portugal à l’âge de 19 ans. Il dirige cette fromagerie qui tourne au ralenti en raison de l’inflation galopante.

Source : Venezuela : les espoirs des Européens | Euronews

Venezuela: « Comment lutter avec la faim au ventre? », dénonce un chaviste

Chaque jour, Omar s’enchaîne aux grilles d’une cathédrale du Venezuela pour protester contre la corruption du gouvernement et le manque de nourriture et de médicaments. « Comment lutter avec la faim au ventre? », s’interroge ce fervent défenseur de la révolution bolivarienne.

Face à la basilique de Barquisimeto (ouest), Omar Monrroy, 70 ans, une grosse chaîne autour du cou et de la taille, se dit prêt à monter au front pour défendre le projet du défunt président socialiste Hugo Chavez (1999-2013).

Mais ce barbu aux grandes lunettes concède dans la foulée qu’il ne pourrait pas aller bien loin, faute de médicaments disponibles dans le pays pour traiter sa maladie coronarienne.

Source : Venezuela: « Comment lutter avec la faim au ventre? », dénonce un chaviste – La Croix

Au Venezuela, on prie « Saint Hugo Chavez » pour l’avenir de Maduro et la révolution

Teresa est formelle, elle l’a lu dans les coquillages : Maduro va rester au pouvoir. Comme cette prêtresse qui pratique la santeria, rite religieux afro-cubain, des Vénézuéliens vouent un culte à « Saint Hugo Chavez », le défunt dirigeant socialiste vénézuélien. « Ils ont mis en place un président parallèle, mais ça ne va pas marcher », assure Teresa Anzola, 65 ans, en référence à l’opposant Juan Guaido, président du Parlement, qui s’est déclaré président par intérim face au chef de l’Etat en place, Nicolas Maduro.

Vingt ans après l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez (1999-2013), le Venezuela se débat avec la pire crise politique et économique de son histoire récente, entre hyperinflation et graves pénuries. Mais Teresa a foi en son « grand prêtre » comme elle appelle l’ex-président.

Source : Au Venezuela, on prie « Saint Hugo Chavez » pour l’avenir de Maduro et la révolution

Venezuela : le Táchira, État rebelle, résiste à Maduro

Dans cet État andin, situé à la frontière colombienne, l’opposition au pouvoir chaviste ne s’est jamais complètement tue.

Source : Venezuela : le Táchira, État rebelle, résiste à Maduro – Le Point

Venezuela: «Les jeunes sont partis, et nous on attend que ça passe»

A La Vega, un quartier populaire de Caracas, les habitants qui n’ont pas émigré vivotent comme ils peuvent. Un tiers d’entre eux ne s’en sortent que grâce à l’argent envoyé par la diaspora

Source : Venezuela: «Les jeunes sont partis, et nous on attend que ça passe» – Le Temps

VIDEO. « On était riches mais on ne le savait pas » : au Venezuela, la monnaie ne vaut plus rien

À Cucuta, en Colombie, le principal point d’entrée des migrants vénézuéliens qui fuient en masse leur pays, YoMaria ajoute qu’elle ramasse souvent des billets que les gens jettent. « Qu’est-ce qu’on peut acheter avec ça ? Rien », assure-t-elle devant des paquets d’argent. Cette Vénézuélienne a trouvé une solution pour rentabiliser quelque peu ces papiers sans valeur. Avec ces liasses, elle fabrique des porte-monnaie tissés avec les billets de banque. Quelque 36 billets lui servent à la fabrication d’un porte-monnaie… qu’elle vend l’équivalent d’1,50 euro.

Source : VIDEO. « On était riches mais on ne le savait pas » : au Venezuela, la monnaie ne vaut plus rien