[Vidéo] Venezuela : les comptes russes du groupe pétrolier

Un tentative de contournement des sanctions américaines.

Source : Venezuela : les comptes russes du groupe pétrolier | Euronews

Au Venezuela, les sanctions américaines contre le groupe pétrolier public PDVSA aggravent la situation

« Comment Hugo Chavez et Nicolas Maduro ont-ils pu tuer la poule aux œufs d’or ? » Paula Vasquez Lezama, chercheuse au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et spécialiste du Venezuela, n’en finit pas de s’interroger sur la descente aux enfers de la compagnie pétrolière nationale, Petroleos de Venezuela (PDVSA).

Il faut dire que PDVSA n’est pas une entreprise comme les autres. L’activité de la compagnie est de loin la première ressource financière du pays : elle est le cœur de l’économie du pays, qui dispose des plus grandes réserves mondiales de pétroles.Autrement dit, elle est assise sur un véritable trésor. Et pourtant, depuis vingt ans, la production et les revenus du joyau pétrolier vénézuélien ne font que décliner. Dans les années 2000, PDVSA produisait autour de 3 millions de barils par jour. En 2018, selon les chiffres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) – dont le Venezuela est un membre fondateur –, la production a chuté à 1,17 million de barils par jour, au plus bas depuis trente ans.

Source : Au Venezuela, les sanctions américaines contre le groupe pétrolier public PDVSA aggravent la situation

Venezuela : les comptes de Total bloqués, le groupe évacue son personnel du pays

Alors que les comptes de Total au Venezuela sont bloqués à la suite des sanctions américaines, son PDG a fait savoir jeudi que le pays n’était « pas un enjeu majeur à l’échelle du groupe ». Total a évacué son personnel du Venezuela, où ses comptes ont par ailleurs été bloqués à la suite des sanctions américaines, a indiqué jeudi son PDG Patrick Pouyanné, en relativisant l’importance du pays pour son groupe.

Source : Venezuela : les comptes de Total bloqués, le groupe évacue son personnel du pays

Le Venezuela, véritable grenade dégoupillée victime de la malédiction du pétrole

Le Venezuela fait la Une des médias mais tous les problèmes de ce pays peuvent être résumés en une seule phrase: c’est la faute à la malédiction du pétrole, comme nous le dit Amid Faljaoui.

Source : Le Venezuela, véritable grenade dégoupillée victime de la malédiction du pétrole – Politique Economique – Trends-Tendances

La guerre autour de Citgo, la pépite nord-américaine du Venezuela

Citgo, la filiale nord-américaine de la compagnie pétrolière vénézuélienne PDVSA, est au cœur de la bataille politique entre Nicolas Maduro et Juan Guaido. L’entreprise, peu connue du grand public, a été essentielle dans la survie du régime chaviste.

La guerre des chefs au Venezuela ne se joue pas seulement sur le plan diplomatique. Si Juan Guaido, le président autoproclamé du pays qui défie Nicolas Maduro, peut se targuer d’un concert grandissant de soutiens internationaux, dont la France qui a reconnu sa légitimité lundi 4 février, l’issue de cette lutte de pouvoir pourrait bien dépendre d’une entreprise méconnue du grand public : Citgo.

Les deux camps s’activent depuis le début de la crise politique pour s’assurer le contrôle de cette filiale nord-américaine de la compagnie pétrolière publique vénézuélienne PDVSA. Washington s’est empressé d’interdire, dès mardi 29 janvier, à Citgo de verser de l’argent à sa maison mère en bloquant ses comptes bancaires aux États-Unis, et Juan Guaido a promis de remplacer les dirigeants du raffineur. De son côté, Nicolas Maduro a juré de contester par tous les moyens possibles ce qu’il a qualifié de « vol par Washington de Citgo ». Même la Russie, qui détient un intérêt financier dans cette entreprise basée à Houston, s’est élevé contre les manœuvres américaines.

Source : La guerre autour de Citgo, la pépite nord-américaine du Venezuela

Le Vénézuela ou la «malédiction du pétrole»

Assis sur des milliards de dollars, de nombreux pays exportateurs de pétrole sont, à l’instar du Vénezuela, en grande difficulté économique. Comment expliquer ce paradoxe ?

La manne pétrolière serait-elle un frein au développement économique? Cette question a le mérite d’être posée au regard de la faiblesse des indicateurs macroéconomiques des principaux exportateurs mondiaux. Le Venezuela, doté des premières réserves de pétrole exploitables au monde, ne fait pas office d’exception.

Source : Le Vénézuela ou la «malédiction du pétrole»