Salvador, Venezuela, Paraguay: Amnesty dénonce la gestion des centres de quarantaine

Depuis le mois de mars, les autorités du Salvador, du Venezuela et du Paraguay ont détenu des dizaines de milliers de personnes dans des centres de quarantaine gérés par l’État. Des sites où, selon Amnesty International, ont parfois été enfermées des personnes de façon totalement arbitraire. Pour l’organisation, ces trois pays ont imposé des mesures liberticides sous couvert de mesure de santé publique.

Source : Salvador, Venezuela, Paraguay: Amnesty dénonce la gestion des centres de quarantaine

«Truffé de contrevérités» : le Venezuela fustige un rapport de l’ONU sur les droits de l’Homme

Pour Caracas, le rapport publié par une mission de l’ONU, selon lequel Nicolas Maduro et ses ministres seraient impliqués dans de «possibles crimes contre l’humanité», relève d’«une mission fantôme» diligentée par Washington.

«[Le document] est truffé de contrevérités, il a été élaboré à distance, sans rigueur méthodologique par une mission fantôme dirigée contre le Venezuela et contrôlée par des gouvernements inféodés à Washington»

Source : «Truffé de contrevérités» : le Venezuela fustige un rapport de l’ONU sur les droits de l’Homme — RT en français

Venezuela | Maduro à l’origine de possibles crimes contre l’humanité, affirme l’ONU

Le président Nicolas Maduro et des ministres sont à l’origine de « possibles crimes contre l’humanité » au Venezuela, ont affirmé mercredi des enquêteurs de l’ONU, poussant le gouvernement de Caracas à dénoncer un document « truffé de contrevérités ».

Source : Venezuela | Maduro à l’origine de possibles crimes contre l’humanité, affirme l’ONU

Venezuela. De nouveaux éléments de preuve contredisent la version officielle concernant la mort de Rafael Acosta Arévalo

Dans un nouveau rapport intitulé Morir ante un juez: detención arbitraria, desaparición forzada, tortura y muerte de Rafael Acosta Arévalo [Mourir devant un juge : détention arbitraire, disparition forcée, torture et mort de Rafael Acosta Arévalo], Amnesty International expose de nouveaux éléments concernant cette affaire qui mettent en doute la version officielle des faits et mettent en évidence la politique de répression mortifère du gouvernement de Nicolás Maduro qui vise à museler la dissidence.

Rafael Acosta Arévalo, capitaine à la retraite de la marine vénézuélienne, a disparu à Guatire (ville de l’État de Miranda) le 21 juin 2019. Amnesty International a obtenu 550 pages du dossier de la procédure pénale engagée contre deux fonctionnaires de la Garde nationale bolivarienne (GNB) rattachés à la Direction générale du contrespionnage militaire (DGCIM) qui ont été accusés d’être impliqués dans sa mort.

« Contrairement à ce qu’indique l’enquête criminelle menée par la justice vénézuélienne, Rafael Acosta Arévalo n’est pas mort à l’hôpital. Il a été soumis à une disparition forcée et à la torture, et il est mort devant un juge. Justice n’a pas été rendue dans cette affaire », a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice pour les Amériques à Amnesty International.

Source : Venezuela. De nouveaux éléments de preuve contredisent la version officielle concernant la mort de Rafael Acosta Arévalo | Amnesty International

Venezuela: un mort et un blessé lors d’une manifestation contre la pénurie d’essence

Un homme a été tué et une autre personne a été blessée lors d’une manifestation contre la pénurie d’essence dans une ville de l’est du Venezuela qui a donné lieu à de «violents affrontements» avec l’armée, ont annoncé dimanche 26 juillet une ONG et le procureur général.

Source : Venezuela: un mort et un blessé lors d’une manifestation contre la pénurie d’essence

L’affaire Nicmer Evans, emblème de la spirale répressive au Venezuela

Le 13 juillet, Nicmer Evans, figure de la gauche vénézuélienne et du chavisme « critique », a été détenu par les forces de l’ordre et accusé d’« incitation à la haine » pour un tweet critiquant un député proche du pouvoir. Outre les cas de tortures et de disparitions dénoncés par la haut-commissaire de l’ONU Michelle Bachelet, cette arrestation s’inscrit dans une spirale de répression préoccupante

Source : L’affaire Nicmer Evans, emblème de la spirale répressive au Venezuela | Le Club de Mediapart