Colombie/Venezuela : Attaques contre les civils dans la zone frontalière

Des groupes armés commettent de graves abus contre des civils colombiens et vénézuéliens alors qu’ils s’affrontent pour s’assurer le contrôle de la région de Catatumbo, dans le nord-est de la Colombie, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui.

Ce rapport de 64 pages, intitulé « The War in Catatumbo: Abuses by Armed Groups Against Civilians Including Venezuelan Exiles in Northeastern Colombia » (« La guerre de Catatumbo : Abus commis par des groupes armés contre les civils, y compris contre des Vénézuéliens exilés, dans le nord-est de la Colombie »), documente des meurtres, des disparitions forcées, des violences sexuelles, des recrutements d’enfants soldats et des déplacements forcés commis par l’Armée de libération nationale (ELN), l’Armée populaire de libération (EPL) et un groupe qui s’est constitué avec des éléments démobilisés des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Source : Colombie/Venezuela : Attaques contre les civils dans la zone frontalière | Human Rights Watch

Le Venezuela accuse l’UE d’avoir saboté les négociations de conciliation

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza a accusé jeudi l’Union européenne (UE) d’avoir saboté les négociations de conciliation entre le gouvernement et l’opposition.

« Les institutions de l’Union européenne sont déterminées à perturber et à tenter de détruire le processus de dialogue au Venezuela », a déclaré M. Arreaza sur Twitter. « Elles ne respectent ni la souveraineté ni le droit à la paix », a-t-il fait remarquer, faisant référence à l’ingérence présumée de la part de la haute représentante de l’UE chargée des Affaires étrangères et de la Politique de sécurité, Federica Mogherini, et à celle du Parlement européen.

Plus tôt cette semaine, Mme Mogherini avait averti que l’UE renforcerait ses sanctions contre le Venezuela s’il n’y avait pas de « progrès concret » dans les négociations entre le gouvernement du président Nicolas Maduro et l’opposition. Jeudi, le Parlement européen a appelé ses pays membres à imposer de nouvelles sanctions aux autorités vénézuéliennes « responsables de violations des droits de l’Homme et de la répression ». Cette motion a été approuvée par 455 voix pour, 85 contre et 105 abstentions.

M. Arreaza a appelé l’UE à respecter le processus de dialogue, qui a été renouvelé en mai, avec la Norvège en tant que médiateur.

Source : Le Venezuela accuse l’UE d’avoir saboté les négociations de conciliation_French.news.cn

La gauche et les droits humains au Venezuela. Des relents staliniens bien connus

L’ex-présidente du Chili (Michelle Bachelet) n’avait jamais été mise en cause par les gauches et les progressismes hégémoniques à cause de ses politiques envers le peuple Mapuche ou à cause de son alignement avec les entrepreneurs néolibéraux.

.A présent, des torrents de critique contre Bachelet de la part «d’intellectuels» camarades de route du progressisme, parce que, dans sa qualité de Haute Commissionnée des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, elle dénonce avec des données crédibles et confirmées depuis le Venezuela, la violence systématique du régime qui commet, en moyenne, 400 assassinats extrajudiciaires par mois par l’intermédiaire des forces de sécurité de l’État (et des groupes informels soutenus par elles). Elle dénonce des tortures, des détentions arbitraires, des violences sexuelles et l’utilisation excessive de la force létale contre des manifestants opposés au régime.

Une bonne partie des critiques de l’ancienne présidente chilienne – pour laquelle je ne ressens la moindre sympathie politique – se sont tus quand les peuples étaient réprimés, mais maintenant ils courent, pressés, pour défendre un Etat et ses appareils répressifs. Ils le font pour des raisons géopolitiques, car dans leurs calculs mesquins, le Venezuela joue un rôle dans la lutte contre l’hégémonie américaine dans la région et dans le monde.

Source : La gauche et les droits humains au Venezuela. Des relents staliniens bien connus | A l’encontre

Venezuela: des milliers de manifestants pro-Maduro contre la Haut-Commissaire aux droits de l’homme

Des milliers de partisans du président Nicolas Maduro ont manifesté samedi à Caracas pour protester contre le rapport de la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Michelle Bachelet, qui a dénoncé l' »érosion de l’Etat de droit » au Venezuela.

L’ex-présidente chilienne s’était rendue au Venezuela du 19 au 21 juin, et avait rendu un rapport dénonçant les exactions dans ce pays en crise, faisant notamment état de milliers de personnes tuées par les forces de sécurité. »Le peuple vénézuélien se mobilise pour manifester son rejet énergique des mensonges et manipulations », a déclaré samedi le président Maduro sur son compte Twitter. Il ne participait pas lui-même à la manifestation.

Source : Venezuela: des milliers de manifestants pro-Maduro contre la Haut-Commissaire aux droits de l’homme – Le Point

Le rusé rapport Bachelet

Plus martelé qu’une télésérie turque, le Rapport Bachelet sur le Venezuela reprend de A à Z les affirmations du gouvernement étatsunien : les malheurs du peuple vénézuélien sont dus à un gouvernement qui viole les droits humains, le prive d’alimentation et de santé et le pousse à l’exil.

Venant d’une Haute Commissaire des Nations Unies, ex-présidente de la République du Chili, militante du Parti socialiste, ex-détenue politique et fille d’un général constitutionnaliste mort sous la torture, le Rapport Bachelet manque de contexte historique, utilise des informations biaisées fournies par les mêmes ONGS d’opposition qui alimentent Amnesty, et sert une politique qui cherche à étrangler le processus de changement social au Venezuela.

Source : Le rusé rapport Bachelet | Venezuela infos

Le Venezuela demande à l’ONU d’intervenir contre les sanctions américaines

Le Venezuela a demandé vendredi à la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme Michelle Bachelet d’intervenir contre les sanctions commerciales et financières imposées par les Etats-Unis, qui minent l’économie du Venezuela.

Lors d’une session du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies à Genève, en Suisse, le vice-ministre vénézuélien des Affaires étrangères William Castillo a déclaré que les sanctions américaines répondaient à la définition que cette organisation donne aux « mesures coercitives unilatérales », qui devraient par conséquent être levées.

Source : Le Venezuela demande à l’ONU d’intervenir contre les sanctions américaines_French.news.cn