Au Venezuela, la Covid-19 exacerbe la crise socio-économique (ONU)

Dans un rapport rendu public le 2 juillet, la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, note que les médecins et les infirmières au Venezuela ont fait état de mauvaises conditions dans les hôpitaux publics, avec notamment un manque de médicaments et de fournitures médicales, des pénuries d’eau et des coupures d’électricité. « Les obstacles à l’importation de carburant et de diluants imposés par les sanctions ont aggravé les pénuries de carburant, ce qui a perturbé la production et la distribution de denrées alimentaires et restreint l’accès aux transports et aux services de santé, compliquant encore la réponse à la Covid-19 », précise le rapport présenté au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Devant l’organe onusien, Mme Bachelet s’est toutefois félicitée de l’accord conclu entre le gouvernement et une partie de l’opposition pour s’associer à l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) afin de faire face à la pandémie.

Mais de façon générale, les Venezueliens continuent de subir de graves violations de leurs droits socio-économiques en raison des bas salaires, du prix élevé des denrées alimentaires, des carences persistantes des services publics tels que l’électricité, les pénuries d’eau et de carburant, et de l’accès précaire aux soins de santé.

Source : Au Venezuela, la Covid-19 exacerbe la crise socio-économique (ONU) | ONU Info

Venezuela : Une dizaine de personnes arrêtées pour avoir évoqué le Covid-19

Une dizaine de personnes, dont la plupart sont des personnels de santé, ont été interpellées au Venezuela ces dernières semaines pour avoir évoqué publiquement la pandémie de nouveau coronavirus, a affirmé une ONG de défense des droits de l’Homme jeudi.

Au total, une centaine de personnes ont été arrêtées « pour des raisons politiques » depuis le mois de mars, dont dix « ont parlé publiquement de la pandémie », a déclaré Alfredo Romero, directeur de Foro Penal lors d’une vidéoconférence. Selon cette ONG vénézuélienne très critique du gouvernement de Nicolas Maduro, il y a actuellement 362 « prisonniers politiques » au Venezuela, un terme que récusent les autorités vénézuéliennes.

Source : Une dizaine de personnes arrêtées pour avoir évoqué le Covid-19 – L’Orient-Le Jour

Venezuela : au moins 47 morts après une mutinerie dans une prison

Au moins quarante-sept détenus sont morts au cours d’une mutinerie survenue dans une prison de l’ouest du Venezuela. « Pour l’instant, nous avons pu confirmer 47 morts et 75 blessés », a déclaré samedi 2 mai à l’Agence France-Presse (AFP) Maria Beatriz Martinez, députée de l’Etat de Portuguesa où se trouve la prison qui a été le théâtre de la mutinerie vendredi après-midi.

Source : Venezuela : au moins 47 morts après une mutinerie dans une prison

Guaidó accuse Maduro d’utiliser le coronavirus comme «excuse» pour des «enlèvements politiques»

Le “président en charge” autoproclamé du Venezuela, Juan Guaidó, a dénoncé “l’enlèvement” de deux de ses collaborateurs par la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM), accusant le gouvernement de Nicolás Maduro d’utiliser la crise des coronavirus comme “excuse” “pour” enlèvements politiques “.

“L’utilisation par le régime du coronavirus est une excuse pour exécuter des enlèvements politiques”, a déclaré jeudi le chef de l’Assemblée nationale lors d’une conférence de presse.

Ainsi, il a dénoncé jeudi des membres de la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM) qui ont arrêté Demosthène Quijada et Maury Carrero, deux membres de son équipe de travail.

Il a également rappelé le cas du journaliste Darvison Rojas, arrêté le 21 mars à son domicile après avoir rendu compte sur les réseaux sociaux du nombre de cas de coronavirus dans l’État de Miranda.

Des membres des Forces d’action spéciale (FAES) de la Police nationale bolivarienne (PNB) l’ont emmené, faisant valoir qu’ils devraient le tester pour le coronavirus parce qu’ils avaient reçu un appel anonyme alertant qu’il y avait un cas de Covid-19 à son domicile.

Rojas, qui a depuis été détenu, a été libéré jeudi après une audience au cours de laquelle le juge a demandé jusqu’à quatre mentions pour le libérer.

Source : Coronavirus – Guaidó accuse Maduro d’utiliser le coronavirus comme «excuse» pour des «enlèvements politiques»

Venezuela : Disparition forcée d’un codirigeant d’une compagnie pétrolière

Le 18 mars 2020, Tomeu Vadell Recalde, un codirigeant de CITGO Petroleum Corporation qui a été détenu arbitrairement par le gouvernement de Nicolás Maduro, a appelé sa famille. Ce bref appel, dans lequel il n’a pas précisé où il était détenu, a été son premier contact avec sa famille depuis que des agents des services de renseignement l’ont emmené de force 42 jours auparavant. Son avocat n’a pas pu lui parler et ni l’avocat ni la famille de Vadell n’ont pu confirmer où il se trouvait.

Source : Venezuela : Disparition forcée d’un codirigeant d’une compagnie pétrolière | Human Rights Watch

Au Venezuela des prisonniers se font tuer alors qu’ils tentent se s’échapper

Dix détenus ont été tués par les forces de sécurité après des évasions depuis une prison du Venezuela, où la suspension des parloirs en raison de l’épidémie de coronavirus a suscité la colère.

Sur 518 détenus, 84 ont réussi à s’enfuir de la prison de San Carlos dans l’Etat de Zulia, à la frontière avec la Colombie, a indiqué un responsable local, Blagdimir Labrador. «Jusqu’à présent, 10 détenus ont été tués et six ont été capturés (…) Les 68 détenus toujours en cavale sont activement recherchés» a déclaré le responsable sur Twitter.

Source : Au Venezuela des prisonniers se font tuer alors qu’ils tentent se s’échapper | www.cnews.fr