Venezuela: faute de crédits face à l’inflation, le marché immobilier fonctionne au cash

Gustavo Martinez est ingénieur dans une compagnie pétrolière à Caracas mais malgré son salaire au-dessus de la moyenne il ne peut accéder à la propriété. L’hyperinflation au Venezuela a totalement asséché le crédit immobilier.

L’inflation vertigineuse qui avoisine les 3.000% empêche les banques d’accorder des prêts en bolivar, la monnaie locale. Dans les rares cas où elles le font, la période de remboursement est généralement inférieure à six mois.

Le bolivar a encore perdu 73% de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l’année. En ce début septembre, un seul dollar américain équivaut à 4 millions de bolivars.

Dès lors, le dollar, bien que n’étant pas la monnaie officielle mais qui est abondamment utilisé dans la vie quotidienne, fait loi dans les transactions immobilières.

Les candidats à la propriété doivent donc s’arranger pour payer par virement bancaire ou en cash avec des mallettes remplies de billets verts.

Le crédit bancaire est quasiment à l’arrêt au Venezuela où les banques n’ont que 140 millions de dollars de prêts en cours pour une population de quelque 30 millions d’habitants, contre 14 milliards dans la Colombie voisine et ses 50 millions d’habitants.

Le montant des prêts immobiliers ne s’élève qu’à 840.000 dollars, soit 0,6% de l’ensemble des crédits au Venezuela, selon les chiffres officiels publiés en mars.

Source : Venezuela: faute de crédits face à l’inflation, le marché immobilier fonctionne au cash