Au Venezuela : l’essence du populisme

 

On a déjà cité dans cette lettre la vieille blague soviétique : «Le Parti communiste prend le pouvoir au Sahara ; au bout d’un an, il ne se passe rien ; au bout de deux ans, pénurie de sable.» Ce n’est plus une blague au Venezuela, qui détient les plus grandes réserves de pétrole au monde : «Maduro prend le pouvoir ; au bout de trois ans, pénurie de pétrole.»

Source : Au Venezuela : l’essence du populisme – Libération