Au Venezuela, des mineurs arrêtés comme s’ils étaient des terroristes

Virginia Giunta est la porte-parole aux Pays-Bas d’une coalition d’ONG vénézuéliennes – Fundaciensa, Foro Penal, Amnistie international, Provea et Sin Mordaza – pour la défense des droits de l’homme. « Il y a eu une détention massive de mineurs au moment de la grande manifestation du 23 janvier, dont les plus jeunes avaient 12 ans. Majeurs et mineurs ont indifféremment été transférés dans des détachements de la garde nationale, des prisons ou des centres de réclusions locaux. Par exemple, dans la prison de Alayón, dans l’état d’Aragua, 22 jeunes de 14 à 17 ans ont été reclus. Heureusement, la faiblesse des accusations et la pression des médias internationaux ont contribué à la libération de la majorité des adolescents. Une dizaine reste actuellement retenue. »

Selon l’ONG Foro Penal – qui vient en aide aux personnes détenues arbitrairement ou torturées lors de manifestations -, 700 personnes arrêtées en marge des manifestations de janvier sont toujours détenues, élevant le nombre de prisonniers politiques à 988 au 4 février. Selon l’avocat Alfredo Romero, directeur de Foro Penal au Venezuela, il s’agit d’un record dans l’histoire des prisonniers politiques de ce pays.

Source : Au Venezuela, des mineurs arrêtés comme s’ils étaient des terroristes – Le Parisien